Des UV contre le mildiou et l’oïdium de la vigne

La start-up française UV Boosting a mis au point un procédé de traitement par ultraviolet, permettant de réduire de 30% à 60% l’usage de fongicides en vigne. L’Helios permet de traiter un ou deux rangs en interligne ou sur enjambeur.

Technofounders, une entreprise spécialisée dans la valorisation de la recherche issue de laboratoires français. Quelques années plus tôt, les deux chercheurs avait déposé un brevet sur les effets biologiques des UV- C (longueur d’onde comprise entre 100 et 280 nm) contre les maladies fongiques. Les UV-C ne s’attaquent pas directement aux pathogènes mais stimulent les défenses naturelles des cultures « traitées ».

Le signal UV génère une multiplication par trois de la production d’acide salicylique dans les feuilles quatre heures après le flash UV. Cet acide joue le rôle de signal d’alerte et prépare la plante à se défendre plus rapidement et plus efficacement contre le mildiou et l’oïdium.

Breveté en 2015, ce nouveau procédé naturel basé sur un dispositif d'émissions de flashs ultraviolets (UV) permet de réduire l’usage de fongicides contre l'oïdium, le mildiou ou le botrytis.
Breveté en 2015, ce nouveau procédé naturel basé sur un dispositif d'émissions de flashs ultraviolets (UV) permet de réduire l’usage de fongicides contre l'oïdium, le mildiou ou le botrytis.

Moins de pression, moins de dose, moins de passages

La projection d’UV-C est assurée par des panneaux distants de 10 cm de chacune des deux faces du rang.

Une génératrice animée par la prise de force procure l’énergie nécessaire à l’émission des UV-C. Le constructeur préconise de traiter tous les 8 à 12 jours, entre les stades 2-3 feuilles et fermeture de la grappe. La vitesse de travail préconisée se situe entre 2 et 4 rangs. La gamme Helios, dont la commercialisation a débuté en 2020, se compose d’appareils d’un ou deux rangs montés sur tracteur interligne ou sur enjambeur.

UV Boosting annonce une réduction de 30% à 60% de l’usage des fongicides, sous l’effet d’une réduction des doses et/ou des passages. L’efficacité est indépendante des conditions météorologiques.

Sur fraisier, la substitution est totale grâce à la combinaison avec une stimulateur des défenses naturelles. L’entreprise poursuit ses travaux de rechercher pour « booster » l’efficacité de sa technologie sur vigne.

Sur gelées blanches aussi

En mai dernier, l’entreprise a mise en évidence un effet des flashs UV contre une gelée blanche à -1,6°C une parcelle de l’Aube. Des notations réalisées par des experts indépendants ont mis en évidence une réduction de 40% des dégâts dans une parcelle « flashée » deux jours avant la gelée, comparativement à une parcelle non traitée. Selon UV Boosting, la propriété antigel des flashs UV est liée à la synthèse induite de composés phénoliques, un sujet qui reste encore à documenter.