Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ?

Nous mettons régulièrement à jour une carte interactive pour aider les lecteurs de la Revue Réussir Volailles - abonnés et internautes - à suivre visuellement la dynamique de l’épizootie d’influenza aviaire H5N1. Explications.

[Mis à jour le 20 mai]

Pour un éleveur, il n’est pas aisé de savoir où en est la progression de l’épizootie de grippe aviaire, sauf s’il se trouve dans une zone directement impactée. Auquel cas, il sera averti par son groupement de producteurs, son réseau de relations professionnelles, les réseaux sociaux, la DDPP, le groupement de défense sanitaire …

Mais s’il ne fait pas partie de ceux ayant accès aux systèmes de cartographie non publics (par exemple Cartogip pour les palmipèdes), il a peu de chance d’avoir une vision globale.

C’est pourquoi la rédaction de Réussir Volailles réalise un pointage géolocalisé des foyers. Nos sources sont les journaux locaux, les arrêtés préfectoraux quand ils sont publiés (aucune publication en Vendée par exemple) et surtout l’Organisation mondiale de la Santé animale (OIE).

L’OIE publie les notifications que lui transmet la France, en indiquant la géolocalisation des foyers, leur date d’apparition, le nombre de volailles concernées, l’espèce (mais pas toujours, selon le département concerné !). Après une première déclaration faite le 21 novembre, le dix-neuvième rapport date du 2 mai et le précédent du 12 avril.

Vous trouverez donc pointés en couleur orange les nouveaux cas notifiés entre le 12 avril et le 2 mai, ainsi que ceux repérés par nos soins non encore confirmés à l’OIE. C’est par exemple le cas du foyer de Saint Romain déclaré le 5 mai par la Préfecture de la Charente dans une zone non loin de la Dordogne, mais à une quarantaine de Km des foyers périgourdins les plus proches.

Nous avons également indiqué les cas survenus dans l’avifaune sauvage (points en violet).

Liste des foyers accessible en cliquant sur la flèche ci-dessous, à gauche du titre

 

Le ministère de l’agriculture ne rend public que le nombre de foyers survenus par département, de manière plus ou moins régulière. Le dernier bilan du 13 mai établit leur nombre à 1381 en élevages, 34 en basses-cours et 47 en faune sauvage et captive.


Vers un ralentissement de l’épizootie avec la chaleur ?

 

La zone Sud-ouest (364 foyers recensés) est complétement stabilisée, tandis qu’en Pays de Loire (858 foyers en Vendée et départements limitrophes) la situation reste en évolution dans les Deux Sèvres.

Au 2 mai, les zones d’activité des virus influenza sont encore observées dans la région Centre-ouest regroupant l’Aveyron, la Corrèze, la Dordogne, le Lot, le Lot-et-Garonne, la Haute Vienne.

Une zone réglementée a été établie   le 4 mai dans le Lot-et-Garonne pour réduire la propagation, avec 45 communes classées en zone de protection, 96 en zone de surveillance et 103 en zone réglementée supplémentaire (20 km autour des foyers).

Evolution chronologique des foyers d'influenza hautement pathogènedans les trois principaux clusters
© Bulletin Plateforme ESA du 3 mai

 

Retrouvez le nombre de foyers de grippe aviaire par département (au 13 mai) :

  dans les élevages dans les basses-cours  dans la faune sauvage et captive
Gers 46 1 1
Landes 231 3 1
Lot et Garonne 21 0 0
Nord 8 0 4
Pyrénées atlantiques 71 2 0
Hautes Pyrénées 16 2 1
Vendée 535 1 4
Seine Maritime 2 4 1
Indre et Loir 2 2 0
Mayenne 1 1 0
Loire Atlantique 97 3 2
Maine et Loire 178 0 0
Loir et Cher 1 3 0
Deux-sèvres 53 2 0
Cantal 5 0 0
Morbihan 3 0 1
Lot 42 0 1
Ille et Vilaine 2 0 0
Corrèze 2 1 0
Dordogne 59 1 0
Finistère 1 0 0
Haute Vienne 2 0 0
Aveyron 2 2 0
Charente 1 0 0
Ain 0 0 4
Aube 0 0 1
Aude 0 0 2
Côtes d'Armor 0 0 3
Indre 0 1 0
Isère 0 0 1
Haute Garonne 0 1 0
Haute Marne 0 0 2
Loire 0 0 2
Loiret 0 1 0
Manche 0 0 2
Marne 0 0 3
Meurthe et Moselle 0 0 1
Meuse 0 0 5
Moselle 0 0 1
Nièvre 0 0 1
Saone et Loire 0 0 1
Sarthe 0 2 0
Savoie 0 0 1
Seine et Marne 0 0 1
Tarn 0 1 0
Total  1381 34 47