Hausses de prix significatives annoncées pour le second semestre pour le lait de chèvre

L’amont et l’aval de la filière caprine subissent de plein fouet les hausses des matières premières mais aussi des tensions sur leurs approvisionnements. Les renégociations commerciales commencent à se conclure positivement et devraient donner de l’air à tous.

Observée dès le second semestre 2021, la hausse des cours des matières première s’est transformée en flambée depuis quelques mois et « impacte fortement les coûts de production des producteurs laitiers caprins et des transformateurs, coopératives comme industries privées », a alerté une nouvelle fois l’interprofession caprine, l’Anicap, dans un communiqué mi-juin.

Ces derniers jours, les premières hausses de prix du lait ont été annoncées aux éleveurs au fur et à mesure des augmentations de tarifs obtenues. « Sur la partie caprine, nos clients ont accepté de prendre en compte le contexte inflationniste, avec des hausses obtenues ou en cours de finalisation sur la matière première agricole, a annonce Mickaël Lamy de la coopération laitière lors de l'assemblée générale de l'Anicap le 29 juin. Sur nos charges industrielles, nous n’avons pas réussi à couvrir l’ensemble des hausses. » Même si toutes les entreprises n'ont pas encore signé, les négociations semblent en bonne voie d'après les responsables syndicaux.

Le prix du lait devrait donc augmenter de façon significative sur le second semestre.

"Les leader ont joué leur rôle"

« La forte mobilisation de tous, et notamment le rôle des entreprises leader de la filière, a permis d’aboutir à ce résultat positif en si peu de temps », a souligné Jacky Salingardes, président de l’Anicap. 

Avoir renégocié en trois mois démontre la solidité et la structuration de l’aval de la filière caprine ont rappelé les trois collèges de l'interprofession caprine?

Tous gardent un œil attentif sur les évolutions de consommation, notamment sur les produits les plus chers.