Viterra a l’intention de construire une nouvelle usine d’écrasement de canola

Le spécialiste des matières premières agricoles termine une étude de faisabilité pour ce nouvel outil.

Viterra, transformateur de matières premières agricoles (dont le canola), a annoncé, le 26 avril 2021, finaliser une étude de faisabilité pour construire une nouvelle usine d’écrasement de canola d’une capacité de 2,5 Mt par an lorsqu’elle sera à pleine capacité fin 2024. Le projet doit être implanté du côté de Regina dans la province canadienne du Saskatchewan. Aucun montant d'investissement n'a été communiqué par l'entreprise.

Le gouvernement provincial a affirmé toute sa satisfaction pour un tel projet puisqu’il a lui-même mis en place une politique pour favoriser la transformation en local de 75 % du canola produit dans la province.

Viterra affirme que la demande mondiale en canola est attendue en hausse sur le long terme, étant donné la croissance continue de la demande aussi bien en huile pour l’alimentation humaine qu’en alimentation pour le bétail et qu’en production carburant renouvelable.

La Saskatchewan attire les projets

A noter que la province du Saskatchewan attire les investissements de ce genre. Quasi en même temps que Viterra, Cargill a annoncé un investissement de 350 M$ pour une capacité d’1 Mt annuelle et opérationnel en 2024 également.

En mars, Richardson International avait annoncé vouloir doubler sa capacité de production sur le site de Yorkton (toujours au Saskatchewan) pour atteindre 2,2 Mt.

Il faut savoir que la province est le plus grand producteur de canola du pays. Sur les 21,5 millions d’acres semés cette année dans le pays (source : Stat Can du 27 avril), on en compte 11,8 millions plantés en Saskatchewan.