anonymous

Bruxelles propose 15 milliards d’euros supplémentaires pour la PAC

Adèle Magnard

Bruxelles propose 15 milliards d’euros supplémentaires pour la PAC

[Mis à jour le 29/05/20] Le plan de relance de l’économie européenne proposée par la Commission prévoit une enveloppe de 15 milliards d’euros pour le second pilier de la PAC.

La Commission européenne a présenté le 27 mai son projet de cadre financier pour la période 2021-2027 et son plan de relance pour l’économie de l’UE plombée par la crise du coronavirus. Ce plan de relance de 750 milliards d’euros prévoit une enveloppe de 15 milliards d’euros pour le second pilier de la PAC (le fonds européen agricole pour le développement rural).

Ces fonds supplémentaires doivent permettre de réaliser les objectifs ambitieux du projet de « Green deal » de la Commission européenne, qui comporte les volets « Biodiversité » et « De la ferme à l’assiette », présentés le 20 mai.

La nouvelle a été saluée par le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume. « C’est une nouvelle étape, et, la France continuera à porter son exigence de PAC forte, à la hauteur de nos ambitions économiques pour le revenu des agriculteurs, et ambitions environnementales pour accélérer la transition agro-écologique », a-t-il fait savoir dans un communiqué.

Effort insuffisant pour les syndicats

Les Chambres d’Agriculture saluent aussi cet « effort financier », qui viendra « compenser en partie la forte baisse initialement prévue dans le projet de budget, baisse qui reste d'actualité - même si moindre - dans la proposition budgétaire révisée ».

Malgré cette proposition d’augmentation du budget de la PAC, « le compte n’y est toujours pas », clame-t-on à la Confédération paysanne. « Lors des futures négociations budgétaires, les États membres doivent se mobiliser pour donner aux paysans et aux paysannes les moyens de la nécessaire transition sociale et écologique », a rappelé le syndicat dans un communiqué.

Le compte n'y est pas non plus pour la FNSEA et les JA, "en particulier au regard de l’enjeu de la souveraineté alimentaire de l’Union européenne dont la pandémie du Covid19 a rappelé l’importance, mais aussi de la hauteur de l’ambition environnementale des Stratégies de la Commission", ont réagi les syndicats. "C’est demander une fois de plus aux agriculteurs d’engager des transitions exigeantes avec des besoins en recherche en innovation, en investissement et en évolution des pratiques agricoles qui ne seront pas suffisamment financés".

La Commission européenne doit désormais faire accepter son projet auprès des vingt-sept Etats-membres de l’UE.

Sur le même sujet

Commentaires 10

fric

15 milliards ,OK mais pour chaque exploitation ?

Laraison

Attendons de voir quelles seront les contreparties, qui les a écrites; pour quels objectifs. Plus personne ne dirige l'argent vers la production de richesse ni d'action de bon sens. Mais bon ça c'était avant ...

Baba

Bien sûr, c'est un plan de relance pour les administrations. Il faut bien leur donner un peu travail (pas trop). Les dossiers, les études, les statistiques et les contrôles, c'est leur job.
mais toi agri, tu n'auras que les miettes. Il faut dire aussi qu'ils sont peut-être plus nombreux
que les agriculteurs.Nous sommes dans un pays de fonctionnaires, jusqu'à quand ?

eleveur

2 pour cent de l’enveloppe de 750 milliards du plan de relance.....les chambres et administrations, regions, departement vont en bouffer les 3/4.....C'est un plan plan Marshal mais un plan Charlo.....

Bruno02

2nd pillier : tout sera dépensé en amont par les monteurs de projets, en paperasse et pour les contrôler, il n'en restera rien au final pour l'agriculteur.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires