anonymous

Ceta : bataille lancée à l'Assemblée sur la ratification

avec l'AFP

Ceta : bataille lancée à l'Assemblée sur la ratification

Le gouvernement a donné le coup d'envoi des débats à l'Assemblée sur la ratification du traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (Ceta). Le vote aura finalement lieu mardi 23 juillet.

"Dans un monde incertain (...), les liens profonds et anciens qui unissent l'Europe et le Canada sont particulièrement précieux", a plaidé le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. Dans un hémicycle assez fourni, il a défendu un "accord important" face à "un climat préoccupant" dans les échanges entre Etats, vantant le bilan "positif" de son application provisoire depuis près de deux ans.

Le texte controversé, qui concerne 510 millions d'Européens et 35 millions de Canadiens, supprime notamment les droits de douanes sur 98% des produits échangés entre les deux zones. Il doit être ratifié par les 38 assemblées nationales et régionales d'Europe, d'où son examen au Palais-Bourbon puis au Sénat à une date qui reste à définir.

Les députés de la majorité, notamment le rapporteur Jacques Maire (LREM), n'ont cessé ces derniers jours de défendre un accord "gagnant pour la France" avec un pays ami qui "n'est pas le Far West !", selon Roland Lescure (LREM). Mais malgré leurs efforts, le texte suscite des réticences jusque dans la majorité LREM-MoDem, où des abstentions sont probables. 

Le vote devait initialement intervenir à l'issue des débats le 17 juillet, une décision dénoncée comme "inacceptable" par la gauche. Mais in extremis, un scrutin public a finalement été programmé mardi 23 juillet, la présidence de l'Assemblée arguant du "grand nombre" de députés impliqués et du risque d'un "vote tardif".

Sur le même sujet

Commentaires 2

pessimist

le vote repoussé à mardi parce qu'hier il risquait de ne pas être approuvé.
Vive la démocratie !
par la porte ou par la fenêtre ce texte passera.
pourtant, si les canadiens ne peuvent exporter suffisamment de viande répondant aux critères européens et que ce sera insignifiant, pourquoi ne pas supprimer cette partie qui bloque tout l'accord.?
Les "élites" prennent vraiment les gens de la base pour des demeurés!

Jean

Le coup de grâce du " en même temps " ....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires