anonymous

Des steaks hachés frauduleux fournis à des associations caritatives

AFP

Des steaks hachés frauduleux fournis à des associations caritatives

Excès de gras, tissus de mauvaise qualité, amidon et soja : des steaks hachés de très mauvaise qualité ont été fournis en France à des associations d'aide aux plus démunis, une "tromperie" dénoncée vendredi par la répression des fraudes.

100% muscle

En France, pour pouvoir apposer la mention "steak haché de boeuf" sur un produit, il faut qu'il soit composé à 100% de muscle de viande bovine, d'après l'Interbev, l'interprofession bétail et viande. La mention exclut le parage - soit les produits non comestibles retirés lors de la préparation -, les viandes de la tête et de la queue, le coeur et la langue. Pour obtenir les taux de matières grasses, qui doivent obligatoirement être indiqués sur l'emballage, les professionnels assemblent différents muscles, naturellement plus ou moins gras. En plus du taux de matière grasse, doivent aussi figurer sur l'emballage : le mot "haché", le rapport collagène sur protéines, le numéro de lot, le pays d'abattage et les pays d'origine et d'élaboration. Si le produit comporte un autre ingrédient (par exemple du soja), il peut porter la dénomination "préparation de viande hachée". Dans ce cas, elle doit effectivement contenir plus de 51% de viande hachée. 

Si ces steaks hachés ne présentent pas de risque pour la santé, leur distribution a été immédiatement interrompue, selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Les steaks ont été distribués à quatre associations (la Croix Rouge, la Fédération française des banques alimentaires, les Restaurants du Coeur et le Secours Populaire) dans le cadre d'un marché financé par le Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD).    

L'affaire, révélée par RTL, commence fin mars lorsque plusieurs associations alertent les autorités sur l'aspect étrange des steaks fournis aux plus démunis. Les contrôles menés par la répression des fraudes sur une quarantaine d'échantillons sont sans appel : aucun ne respecte le cahier des charges du steak haché. Dans ce produit censé contenir uniquement du muscle de boeuf, le seuil de gras était systématiquement dépassé et le rapport collagène/protéines dépassait également les normes. Lorsqu'il est faible, il indique un steak de bonne qualité. Des produits exogènes, comme de l'amidon et du soja, ont également été retrouvés. 

Tromperie en bande organisée

"Le produit n'est pas dangereux, mais c'est un scandale de donner des denrées frauduleuses. C'est insupportable au regard des personnes que l'on sert", s'est émue Laurence Champier, directrice fédérale du réseau des banques alimentaires. Ces faits susceptibles d'être qualifiés de tromperie en bande organisée peuvent valoir à leurs auteurs deux ans de prison et 1,5 million d'euros d'amende. "C'est du pénal, on va transmettre au procureur et il est hors de question que ce type d'attitude se reproduise", a indiqué sur RTL Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, qualifiant cette fraude de "choquante et moralement inqualifiable".    

La viande frauduleuse a été fournie aux associations par une entreprise française s'approvisionnant auprès d'un industriel polonais. Un intermédiaire français a également été identifié. Les noms de ces sociétés n'ont pas été divulgués. Dans les derniers rapports d'exécution du FEAD, consulté par l'AFP, la société Voldis a fait plusieurs fois partie des entreprises ayant livré des steaks hachés via ce programme, en 2015 et 2016. Selon une source proche du dossier, cette société fait partie des entreprises citées dans cette affaire. Vendredi midi, aucun responsable de Voldis n'était disponible pour répondre à l'AFP. Les dirigeants des deux entreprises françaises ont été entendus par les enquêteurs et les autorités polonaises ont été saisies.   

En 2018, ce sont 1.500 tonnes de steaks hachés surgelés qui ont ainsi été achetées, via ce mécanisme, pour un montant de 5,2 millions d'euros. Dans un communiqué commun, les quatre associations victimes de cette fraude ont annoncé "avoir demandé une compensation financière pour faire face aux frais de stockage engendrés par cette situation". Selon les autorités, l'entreprise en cause s'est dite prête à reprendre la viande concernée et à la remplacer. En 2015, les Restos du Coeur avaient retiré des steaks hachés déjà reçus du FEAD de la distribution après des suspicions de présence de salmonelle. 

Sur le même sujet

Commentaires 20

bisounours

5.5 millions d'€ : 780 t = 7€/ kg .
c'est le prix de vente aux collectivités , d'un steak haché 100% bœuf de très bonne qualité ..
Il s'agit , ici , d'une entreprise française , ( peut être même une coopérative ..) , qui a fait le marché ..
Pour gagner du fric !!!.
Pourquoi ne pas donner son nom ?
POURQUOI ??
Pourquoi ne pas punir très très sévèrement ces voyous, qui gangrènent l’agroalimentaire ,
font perdre des fortunes et discréditent l'ensemble de la profession pendant de longues périodes ?
(Vaches folles , lasagnes bœuf cheval) ..
Sont ils trop gros pour que l'on ne puisse pas faire le ménage ???

Pie2013

Ceux" Bisnes" qui ont truqués les soit disant steacks peut être serait il bon des envoyer faire un stage en Chine afin qu'ils s'aperçoivent, comment ils se sont occupés du lait à la mélanine.

digue3942

il s'agit bien de l'éducation par excellence de la société pour bouffer n'importe quoi, même si ça semble pas chère , c'est encore trop chère .

nana

et comme certains industriels se font de l or en barres a vendre des cremes de tout poil pour essayer de gommer la cellulite que d autres ont provoques avec la malbouffe voila le resultat c est le consommateur qui est berne et rendu malade par la suite , pourquoi tant de cancer declare , et on accuse l eleveur francais ou le cerealier alors que cette m.... vient des autres pays vu que nous on est hyper controle au depart, mangez francais c est la meilleur reponse

Etama

Belle preuve si besoin en était que l'Etat Français met tout en oeuvre pour supprimer l'élevage en France , car c'est bel et bien l'Etat Français qui a lancé l'appel d'offre pour fourniture de cette me....de et bien un fonctionnaire de l'état qui a validé l'offre sans être le moins choqué du monde par un prix en dessous de toute réalité du marché .
Preuve une fois de plus que la dictature des prix bas menace au quotidien la qualité des produits mis en marché .

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier