anonymous

Développer le sociétariat pour renforcer le modèle coopératif de la banque

AUVERGNE AGRICOLE (63) journal

Développer le sociétariat pour renforcer le modèle coopératif de la banque
De gauche à droite : Marc Dissard, Serge Charret et Pierre Magrin. - © C. Rolle

Top départ pour les assemblées générales des Caisses locales de la banque verte régionale dont l’un des défis et de développer le sociétariat.

Les assemblées générales des caisses locales du Crédit Agricole Centre France (CACF) débutent le 15 février jusqu’au 16 mars 2019 ; « Un rendez-vous traditionnel destiné à nos sociétaires afin d’échanger directement avec les représentants de leurs Caisses locale et régionale sur à la fois le contexte économique mondial et les activités conduites sur leur territoire par le CACF» explique Serge Charret, vice-président de la Caisse régionale du Crédit Agricole Centre France. 130 réunions vont donc se dérouler sur le territoire CACF, « et nous attendons près de 25 00 sociétaires sur les 356 000 répartis sur les 5 départements qui constituent la Caisse régionale à savoir :  l’Allier, le Cantal, la Corrèze, la Creuse et le Puy-de-Dôme ».
Cette année, le défi de la banque verte est de développer davantage le sociétariat afin de renforcer son modèle de banque coopérative. « Chaque client peut devenir sociétaire en souscrivant volontairement des parts sociales nominatives » indique Marc Dissard, membre du Comité de direction du CACF.  Les avantages ? bénéficier d’une carte et d’un livret sociétaire rémunéré au-delà du livret A, « mais devenir sociétaire du Crédit Agricole c’est aussi et surtout un état d’esprit axé sur le partage de valeurs comme le mutualisme, la proximité et le partenariat» précise Pierre Magrin, animateur des Caisses locales du Puy-de-Dôme. 
« L’épargne d’ici pour financer les projets d’ici »

Dans le Puy-de-Dôme, les 37 assemblées programmées sont l’occasion pour les sociétaires de connaître les investissements de leur banque sur le département. « En collectant et en reprêtant sur son territoire le Crédit Agricole participe à la dynamique économique locale, souligne Serge Charret. Avec près de 5 milliards d’euros prêtés en 2018, nous sommes le premier financeur de l’économie de notre territoire. Notre ambition est de conforter ce rôle de financeur de proximité, utile à nos clients et à leurs projets. L’épargne que nous collectons permet en effet de soutenir des projets d’investissement de particuliers, d’agriculteurs, d’artisans, commerçants etc… »
La banque finance par ailleurs divers évènements sur le département via ses caisses locales qui accompagnent des actions de développement au profit d’associations ou de collectivités. En 2018, près de 2 400 projets ont été soutenus sur les cinq départements. À travers son association Passerelle, elle aide aussi les personnes en difficultés, victimes « d’accidents de la vie ». Près de 1200 personnes ont bénéficié de cette aide l’année dernière « 75% d’entre elles ont pu être “ remises en selle” » assure Serge Charret, également président de l’association qui fête, cette année, ses 20 ans.

C.Rolle

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 4

ann

Un petit bémol à cette communication bien rodée et efficace, et un peu menteuse par omission:savez que cette banque fait du chantage à certaines communes,? En effet, CACF veut retirer des distributeurs bancaires dans des villages dits structurants (au sens des agglos), ou bien demande aux communes de financer le deficit de ces distributeurs hors agence.Les agences ont été regroupées, et les bureaux remplacés par des DAB, maintenant on veut ne mettre des distributeurs que dans les agences ou les galeries marchandes, tiens tiens, vive la grande surface!!!

badlnpn

Une banque mutualiste a l' obligation de par ses statuts d' avoir un minimum de sociétaires,
d' ou parfois des manques à combler pour cause de non conformité. En principe on apprécie
notre caisse locale, on connait un peu la régionale, quand à la nationale.... Le Crédit Agricole
reste une banque de proximité et garde de l' emploi humain, plus loquace que des robots.

Averonet

On peut pas tout jeter par dessus bord en deux affirmations gratuites. Probablement que le Crédit Agricole a perdu beaucoup d'argent lors de la crise financière et probablement qu'ils auraient pu eviter d'en perdre une partie.
Mais quand même le credit agricole reste présent dans les campagnes et sur ce point on ne peut pas dire qu'ils font pas leur boulot sérieusement.


digue3942

tiens-tiens ,c'est devenu une banque-coopérative ?????? et les10 milliards d'E perdus lors de spéculations ????????

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires