anonymous

Epargne de précaution : le Crédit Agricole lance un "DEP fiscal" dédié aux coups durs

A.M.

Epargne de précaution : le Crédit Agricole lance un "DEP fiscal" dédié aux coups durs
De gauche à droite : Emmanuel Foissy (responsable du Marché de l’Agriculture à la Caisse régionale du Nord Est), Stéphanie Champion (CDER), Gilles Pellerin (directeur d’AS Entreprises - FDSEA 51), Marcel Landrain (agriculteur à Recy) et Jean-Christophe Roubin (directeur du Marché de l’Agriculture à Crédit Agricole S.A.)

Le groupe bancaire lance son premier compte de déduction pour épargne de précaution (DEP) rémunéré, un nouveau mécanisme fiscal dédié aux coups durs sur les exploitations agricoles.

Créée par la loi de finances 2019, la déduction pour épargne de précaution (DEP) est un nouveau mécanisme fiscal qui remplace la déduction pour investissement (DPI) et la déduction pour aléas (DPA). Son objectif est de lisser les revenus en vue d’améliorer la résilience, la viabilité et la compétitivité des exploitations. C’est dans ce cadre que le Crédit Agricole a lancé fin juin 2019 son premier compte « DEP fiscal » rémunéré pour les exploitants agricoles. C’est le premier réseau bancaire à lancer un produit pour la DEP.

Ce compte s’adresse aux agriculteurs soumis à l’impôt sur le revenu en régime réel. Inscrit au bilan de l’exploitation, il permet de se constituer une épargne de précaution à titre professionnel, pour faire face aux aléas. « Cette épargne peut être débloquée à tout moment, sans pénalités, pour honorer n’importe quelle dépense nécessaire à l’activité », indique la banque.

Premier levier face aux aléas

« Pour souligner son soutien à l’agriculture, le Crédit Agricole a fait le choix de rémunérer cette épargne, cette rémunération n’étant pas inscrite dans la loi », a fait savoir Jean-Christophe Roubin, directeur de l’agriculture chez Crédit Agricole SA, le 2 septembre lors de la Foire de Châlons en Champagne. La Caisse régionale du groupe bancaire célébrait à cette occasion le 2 500ème compte DEP fiscal ouvert.

Agriculteur à Recy (Marne) sur 150 hectares de cultures, Marcel Langrain était venu apporter son témoignage sur ce nouveau compte. Son exploitation étant située en zone humide, il a indiqué avoir toujours été sensibilisé à la gestion des aléas climatiques. « Je considère l’épargne de précaution comme le premier levier face aux aléas », a-t-il expliqué. « J’utilisais auparavant la DPA mais je trouve la DEP plus flexible et permettant mieux de lisser mon revenu dans le temps », a-t-il ajouté.

Dans le cadre de la loi, les montants épargnés sur le compte DEP seront déduits du bénéfice imposable de l’exploitant, avec un plafonnement global par agriculteur de 150 000€ sur 10 ans. Les sommes récupérées seront ensuite réintégrées dans l’assiette fiscale et sociale. « Cette solution permet un lissage des revenus imposables dans le temps », indique le Crédit Agricole. L’offre est en cours de déploiement dans les 39 Caisses régionales du groupe bancaire.

Sur le même sujet

Commentaires 4

Byzance

L'article parle de compte rémunéré mais oublie de préciser le taux... 0.10% par an au Crédit Agricole d'Aquitaine !
Ça donne vraiment envie de bloquer de la tréso.

BOULEAU151

Faut pas croire malheureusement qu'il n'y a que les éleveurs qui ont des soucis de trésorerie...les céréaliers des zones intermédiaires ne sont pas mieux lotis, et je ne vois pas d'où ils pourraient placer de la tréso avec du blé payé 135 euros et des primes pac en chute libre depuis 10 ans...

sevchasse

C’est vrai que c’est la priorite du moment pour nous eleveurs

Make diesel great again

Mesure fiscale très attendue par les éleveurs bovins, qui ne savent vraiment plus comment gérer leurs excès de trésorerie. Merci, enfin, de la justice fiscale.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier