anonymous

Faux semis contre glyphosate, le match est ouvert en Limagne

AUVERGNE AGRICOLE (63) journal

Déchaumeurs, vibroculteurs, herses… Pas moins de sept outils ont été passés au crible lors de la journée du 18 septembre à Culhat.
Mélodie Comte

La gestion des adventices à l’inter-culture est au cœur des interrogations des professionnels agricoles puydômois.

La question est sur toutes les lèvres depuis plusieurs mois, comment se passer de glyphosate ? Depuis l’annonce du gouvernement d’interdire l’utilisation de la molécule d’ici trois ans, les acteurs agricoles sont en effervescence. Le 18 septembre dernier, la FD Cuma conjointement avec la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme organisaient une journée de démonstration de gestion des adventices en inter-culture. Sept matériels, plus ou moins innovants, ont été testés en conditions réelles à Culhat. 
Conditions extrêmes

Malgré une chaleur écrasante et un sol très sec, les démonstrations de matériels ont tenu leurs promesses. Cover-crop, déchaumeur à disque indépendant, vibroculteur, néo-déchaumeur Rau-Polymag et Horsh-Terrano (dents et disques), herse de déchaumage et herse écomulch ont été testés sur une parcelle avec un précédant blé. L’objectif de la journée pour Alban Mialon, conseiller agronomie à la Chambre d’agriculture, est de «montrer aux agriculteurs une alternative possible à l’utilisation systématique du glyphosate en inter-culture». La technique du faux semis consiste à détruire les adventices avant leur montée en graine et donc à épuiser le stock de graines sur la durée. L’agronome l’assure, «il est possible de réduire de 40% la levée des adventices avec un faux-semis et de 70% avec trois passages». La technique n’est pas récente. Les Cuma de Bord de Limagne, des Domaines Réunis ou encore de Four à Chaux ont d’ailleurs investi depuis longtemps dans ces matériels travaillant le sol de façon superficielle. Nombre d’agriculteurs du département sont également propriétaires de déchaumeurs et autres outils. Ce jour-là, ce sont donc davantage les résultats économiques qui intéressent la cinquantaine de cultivateurs ayant fait le déplacement. 
Résultats économiques

Charles-Henri Layat, animateur à la FD Cuma, a chiffré pour chaque outil le coût de l’intervention (achat du matériel en commun, tracteur, carburant et main d’œuvre). Sur le Cover-crop de 4 mètres, le coût à l’hectare est de 30€ et le temps de travail de 0,5 heure. Pour le déchaumeur à disques indépendants de 3 mètres, il faut débourser 26€/ha et compter 0,5 h/ha. 
Avec un vibroculteur de 5,5 mètres, équipé d’un rouleau, le coût est de 15€/ha et le temps de travail de 0,25 h/ha. Les néo-déchaumeurs Rau-Polymag et Horsh-Terrano sont respectivement à 23€/ha et 33€/ha pour tous deux 0,5 h/ha. Enfin, les herses de déchaumages (12 mètres) et écomulch (6 mètres) reviennent à 5€/ha et 8€/ha pour une durée de travail allant de 5 à 10 minutes par hectare. «En comparaison, un passage de glyphosate à 2,5 L/ha revient à 32€/ha» précise l’animateur. 
Devant ces chiffres, Pascal Robillon, l’agriculteur accueillant la manifestation, est plus que perplexe. Eleveur laitier et producteur de céréales, il avoue utiliser systématiquement le glyphosate. «Non pas que j’apprécie d’employer de la chimie précise-t-il, c’est avant tout pour une question de temps». «Entre les vaches et les champs, nous avons toujours quelque chose à faire. Le faux semis c’est bien mais ça demande beaucoup de temps puisqu’il faut plusieurs passages». L’agriculteur l’avoue, si le glyphosate venait à être interdit, la structure de son exploitation changerait «par la force des choses» et «ce ne sont pas les champs qu’on arrêtera».

Mélodie Comte

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 6

bleue 26

pourquoi essayer d opposer des systemes qui peuvent être complémentaires c est à l agriculteur de decider la meilleure solution(on voit bien qu'il y a de l'anti glyphosate contre les agriculteurs francais dans l' air quand au coût ha c' est à s'ecrouler de rire, à combien est calculé le taux horaire de l' agriculteur,3euros de l heure? son déplacement, ses heures de bureaux et ses heures à regarder les essais, tous les autres sont payés pour cela sauf lui.

DIGUE3942

à AGRI 70 : dans ton calcul , tu as oublié d'ajouter la perte d'HUMUS .

agri 70

32 euros ha pour le glypho, contre 30 euros ha pour le déchaumage avec un crop,avec du gnr à presque 1 euro le litre ,il doit avoir comme une erreur.

DIGUE3942

le faux semis avant colza n'a pas fonctionné à cause de la sécheresse .... le bon vouloir et l'acharnement ne suffisent pas .le déchaumage et l'inter-culture sont devenu le politiquement correcte et la SOLUTION UNIQUE ; cette soit-disant seule vérité me fait hérisser le poil. il n'y a pas de solution unique pour construire un sol vivant et laissons à l'agriculteur la possibilité de défendre sa démarche vis à vis de l'administration.ce que nous vivons actuellement , c'est une DICTATURE PURE ET DURE....dans notre pays des droits de l'HOMME....

duracuire

tu as bien raison de l écrire DIGUE3942! interdire interdire ,taxer ,ponctionner voila la France d'aujourd'hui et en face des produits et autres céréales entrent a plein bateau surement bien plus chargés en résidus de tous genre ! vive la France et tous ces Ecolos bobos avec leurs préjugés toutes faites ! je voudrais bien connaitre ce que l'agriculture biologique a produit cette année avec les belles conditions climatique que nous avons eu ......

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier