anonymous

Le label Agri-Ethique en plein boom

Adèle Magnard

Le label Agri-Ethique en plein boom

Avec une croissance de 45% en un an, le label Agri-Ethique, qui repose sur des accords tripartites et un prix garanti aux producteurs, entend développer le commerce équitable 100% français.

A la veille des Assises nationales du commerce équitable origine France, qui se tiennent le 22 novembre à Paris, le label Agri-Ethique dresse le bilan de ses six ans d’existence. Initié par le groupe coopératif Cavac (Vendée), ce label repose sur des accords tripartites garantissant des prix sur trois ans minimum. Il représente aujourd’hui 58% des ventes de produits issus du commerce équitable français, soit 252 millions d’euros de chiffre d’affaires. Et la tendance est au dynamisme puisque ces ventes ont bondi de +45% en un an.

La démarche, initiée en 2013, s’est d’abord portée sur la filière blé, afin d’apporter une sécurité face à la volatilité des prix. Aujourd’hui, ce sont 15 organismes stockeurs, 19 moulins et plus de 600 boulangeries un peu partout en France qui sont impliqués dans ce label. Pour chaque contrat, les prix garantis sont élaborés à partir des coûts de production dans la région concernée, tout en tenant compte des caractéristiques des exploitations agricoles du secteur. « Ce qui est essentiel dans notre démarche, c’est que le prix garanti soit décidé avec les organisations de producteurs et qu’il convienne aux producteurs », indique Ludovic Brindejonc, directeur général d’Agri-Ethique et directeur du pôle développement durable de la Cavac.

« Le label n’est pas là uniquement pour certifier des produits, il est aussi là pour accompagner la structuration des filières », fait-il également savoir. La juste rémunération des producteurs, la préservation de l’emploi local et la réduction de l’impact environnemental sont les trois piliers de cette démarche solidaire. Fort de son succès avec la filière blé, Agri-Ethique se décline désormais dans d’autres filières comme les œufs, le lait, le porc et les légumes secs et concerne 1300 agriculteurs et éleveurs français.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier