anonymous

Carrefour demande à ses fournisseurs d’installer des caméras dans leurs abattoirs

Raphaël Lecocq

Carrefour demande à ses fournisseurs d’installer des caméras dans leurs abattoirs

La coopérative Cooperl (22) fait office de projet pilote. Parallèlement, Carrefour lance un audit auprès de 84 abattoirs fournisseurs, basé sur le référentiel de protection animale de l’association OABA.

« A compter d'aujourd'hui, Carrefour est le premier distributeur français à demander à l’ensemble de ses fournisseurs d’équiper leurs abattoirs de caméras », annonce l’enseigne dans un communiqué, qui justifie cette exigence par souci de transparence totale sur les conditions d’abattage. Un premier pilote sera réalisé en collaboration avec la coopérative Cooperl (Côtes d’Armor), qui complétera ainsi l’installation sur ses trois abattoirs. La coopérative partagera les résultats du test avec le distributeur ainsi qu’avec l’Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir (OABA). Cette association spécialisée, créée en 1961, veille au respect des règles de protection animale et à l’amélioration des conditions de mise à mort des animaux. Elle est régulièrement sollicitée pour participer à des audits dans les abattoirs.  

A titre expérimental dans la loi EGAlim

L’installation de caméras dans les abattoirs avait fait l’objet de débats lors de l’examen du projet de Loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable (loi « EGAlim »). Un temps évoquée, l’obligation d’installer des caméras dans les abattoirs n’avait finalement pas été retenue, au grand dam des associations de défense de la cause animale. Cependant, la loi comporte une mesure d’expérimentation de la vidéosurveillance dans les abattoirs, parmi d’autres : extension du délit de maltraitance animale aux établissements d’abattage et de transport d’animaux vivants, doublement des peines pour maltraitance animale, possibilité pour les associations de protection animale de se porter partie civile, désignation d’un responsable de la protection animale dans chaque abattoir avec le statut de lanceur d’alerte etc.

Audit indépendant

En sus de l’installation de caméras, Carrefour lance un audit indépendant de l’ensemble des abattoirs fournissant les marques Carrefour, Carrefour Bio, Reflets de France, ainsi que les Filières Qualité Carrefour. L’audit est réalisé par Bureau Veritas. Pour les mener à bien, Carrefour s’appuiera sur le cahier des charges établi par l’association OABA à partir de son référentiel de protection animale. « L’association assurera également la formation des auditeurs de Bureau Veritas, organisme de contrôle et de certification 100%  indépendant », précise Carrefour. Les vérifications réalisées dans 84 établissements vont se dérouler tout au long de l’année 2019.

Sur le même sujet

Commentaires 7

duracuire

et quand c'est de l'abattage "halal" ce qui est le cas dans tous les abattoirs a hauteur de 40 a 60% en moyenne , il y a dans chaque abattoir des jours d'abattage uniquement "halal" alors je pense que c'est pas L214 mais Halal 214.....

Reac

C'est qud même marrant que les gms, roi de la réemballe et de la fourniture de qualité médiocre pour maximiser les marges, se permette de demander celà aux abattoirs. Quand une caméra dans chaque elevage?
Moi je propose qu'auparavant, on en mette pour surveiller leur bouchers dans leur propres labo de découpe.
Qu'on en mette egalement derrière leur comptables pour savoir exactement qui s'engraisse sur le dos des autres.
Cela fait de nombreuses années que les centrales d'achat achètent les denrées alimentaires en dessous des prix de production et elles veulent donner des leçons. Qu'elle étique !
C'est odieux de se faire de la pub en stigmatisant un autre maillon de la filières.

Chl70

Comment concevoir qu'un espionnage permanent puisse garantir de bonnes conditions d'abattage ?
Nos responsables (ici les dirigeants de la Cooperl) généralisent les méthodes employées par les abolitionnistes de L214.
A t on demandé leur avis aux salariés concernés ?
Ils ont certainement plus besoin de formation et de meilleures conditions de travail pour réaliser leur tâche sereinement que d'une caméra au dessus de leur tête.

CANCER

ET LE BIEN ETRE DES HUMAINS QUAND EST IL ? QU IL SOIT PRODUCTEUR OU SALARIE IL FAUT NOUS PROTEGER ...CREONS DONC UNE ASSOCIATION IL N Y A QUE CA QUI PULLULE SUR LE NET !!!!

digue3942

à Math : s'il y a surcout , de toute part , c'est toujours le paysan qu'on a obligé de le porter et jusqu'à ce jour ça a toujours fonctionné....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires