anonymous

Les attaques de grands prédateurs mieux indemnisées

Raphaël Lecocq

Les attaques de grands prédateurs mieux indemnisées
Romain Raffy

Le barème le plus élevé va s’appliquer aux pertes causées par tout grand prédateur, qu’il s’agisse du loup, de l’ours ou du lynx. Seront également indemnisés les animaux disparus et les pertes indirectes consécutives à l’attaque.

Le gouvernement fait un geste en direction des éleveurs victimes des grands prédateurs. Dans un communiqué commun, les ministères de la Transition agroécologique et de l’Agriculture ont annoncé le renforcement des indemnisations consécutives aux attaques de grands prédateurs, à savoir le loup, l’ours et le lynx. Le nouveau dispositif comporte un barème unique pour tous les dégâts quel que soit le prédateur (loup, ours, lynx). Ce barème unique sera fixé sur le plus élevé des trois anciens dispositifs d’indemnisation. Qui plus est, en plus des pertes directes, seront également indemnisés les animaux portés disparus ainsi que les pertes indirectes telles que les pertes de poids et les pertes de lactation liées au stress. L’indemnisation des dommages est confiée à l’Agence de Services et de Paiement (ASP).

Les attaques de grands prédateurs mieux indemnisées

Mesures de protection

« Ce nouveau dispositif s’inscrit dans le cadre juridique européen qui autorise le versement d’une indemnisation sous réserve de la mise en place de mesures préalables de protection des troupeaux », précise le communiqué. Ainsi, dans les territoires où la prédation du loup ou de l’ours est constatée depuis 2 ans au moins, les éleveurs devront avoir installé des moyens de protection (clôtures, chien de protection ou présence d’un berger) pour pouvoir être indemnisés au-delà de la troisième attaque sur les troupeaux d’ovins et de caprins au cours d’une année, sauf si le troupeau a été reconnu comme non protégeable. Avec ce dispositif, le gouvernement « entend assurer la viabilité des populations de grands carnivores tout en protégeant les troupeaux et en soutenant les éleveurs ».

Sur le même sujet

Commentaires 3

Baba

Ce n'est pas du soutien aux éleveurs mais bien un soutien aux prédateurs !!!
Qu'en pense L 214 ?. Ou est le bien-être animal ? Qui se soucie du bien-être de l'éleveur ?
Quelle tristesse d'en arriver là et quel gâchis d'argent public !

1584

plutôt que nourrir les gens on préfère gaspiller l'argent public à nourrir les loups. et il parait que ça s'appelle le bon sens et le pragmatisme.

Mortier

Quelle tristesse! Soutien aux éleveurs.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires