anonymous

Les filières laitières, dont le lait bio, toujours dans la tourmente du COVID-19

INSTITUT DE L'ELEVAGE IDELE

Les filières laitières, dont le lait bio, toujours dans la tourmente du COVID-19

Nos experts suivent au plus près l'évolution de la situation des filières viande et lait dans ce contexte épidémique. Pendant la durée du confinement, Tendances Lait & Viande devient hebdo ! Retrouvez chaque semaine dans des numéros hors-séries spéciaux, créés tout spécialement, leurs analyses actualisées sur les marchés français et européens.

CONSULTER TENDANCES ET S'ABONNER

Tendances vise à éclairer les décideurs économiques et professionnels, les opérateurs, les médiateurs sur les évolutions probables à court terme. L'inscription est libre et gratuite.

Une fois inscrit sur le site, vous pouvez consulter et télécharger chaque mois des diaporamas sectoriels.

Webinaire du jeudi 14 mai Les marchés du lait, dont le lait bio toujours dans la tourmente du COVID-19

Retrouvez ci-dessous la présentation du webinaire du 14 mai, animé par Gérard You et Benoît Baron,
respectivement responsable du Service Economie - GEB de l’Institut de l’Elevage et chef de projet conjoncture laitière.

Téléchargez la présentation de ce séminaire

Zooms spéciaux par filière

Viandes bovines

Covid-19, la situation au 13 mai pour le secteur bovin viande en France et en Europe

Le déconfinement a déjà commencé dans certains États membres mais la restauration y reste extrêmement limitée. RHD à l’arrêt depuis presque 9 semaines, achats des ménages par à-coups, les opérateurs naviguent à vue. Le haché reste le produit phare, certaines pièces nobles restent difficiles à vendre et ceci dégrade la valorisation des carcasses. Le retard dans les sorties en JB se chiffre à une semaine d’abattages.

La demande italienne en broutards se maintient. L’aide au stockage privé a été ouverte par la Commission européenne et des demandes pour 706 tonnes ont déjà été déposées.

 

Lait de vache :

Des signaux contrastés

Si une hirondelle ne fait le pas le printemps, quelques signaux repassent à l’orange sur les marchés. Les cours des ingrédients laitiers (beurre et poudre maigre) sont mieux orientés après avoir décroché de mars à la mi-avril. La consommation de produits laitiers est très dynamique notamment en produits laitiers « bio », dans la plupart des pays européens. En France, pendant le confinement, les achats supplémentaires de produits laitiers ont été globalement supérieurs, au moins en volume, aux moindres ventes en RHD. Les principales victimes demeurent les fromages AOP dont les ventes ne sont pas encore rétablies.

Faute de données suffisantes, nous ne sommes pas encore en mesure d’évaluer l’impact du Covid-19 sur les échanges extérieurs, même si les exportations françaises de produits laitiers sont demeurées dynamiques en mars.

 

Viande ovine :

Effets du covid-19 sur la filière ovine

En France et au Royaume-Uni, la situation reste inhabituelle : les cours ont rebondi après Pâques. Début mai, la cotation des agneaux irlandais a en revanche chuté, illustrant un engorgement du marché. En Espagne, d’importants envois de vifs vers les pays arabes, pour le Ramadan, soulagent ponctuellement les éleveurs. En Océanie, tandis que la cotation australienne continue de s’apprécier malgré un impact certain du Covid-19 sur les exports, le cours néozélandais poursuit sa chute. [Rédigé le 7 mai et mis à jour le 14 mai]

 

Lait de chèvre et viande :

Le confinement met en grave difficulté les producteurs de chevreaux

Les mesures de confinement, généralisées en France mais aussi au Portugal et en Italie quelques semaines avant les fêtes pascales, ont provoqué un effondrement des commandes de viande chevreau par les distributeurs. Ceux-ci tablaient sur une réduction des achats par les ménages qui ne pouvaient pas fêter normalement en famille cette fête religieuse. Or cette période concentre en temps normal la moitié des ventes annuelles de chevreaux. (rédigé le 23 avril)

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 2

Idele

Notre titre rappelle que le Covid-19 impacte toutes les filières laitières, y compris biologiques. On peut considérer que cette « tourmente » se révèle finalement assez favorable au lait biologique, mais les acteurs ne sont pas en pleine maitrise de la situation. La preuve en est : un taux de déclassement du lait globalement supérieur à ce qui était attendu.
Il est vrai que des ruptures temporaires sur n’importe quel produit n’ont rien de surprenant dans un contexte d’achats massifs. Le lait entier constitue un produit un peu plus spécifique que le lait demi-écrémé. Ce dernier constitue habituellement une plus grosse partie des volumes. Aussi, afin de reconstituer les stocks de ce produit, le lait entier n’a peut-être pas été prioritaire.

viande

Le lait bio dans la tourmente, et pourquoi on ne trouvait pas de lait bio entier en grande surface ? Est ce que quelqu'un à une réponse.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier