anonymous

Pour la Conf’, les mesures contre la peste porcine menacent les éleveurs de plein air

Pleinchamp avec l'AFP

Pour la Conf’, les mesures contre la peste porcine menacent les éleveurs de plein air

Les mesures préventives de biosécurité visant à éviter la propagation en France de la peste porcine africaine (PPA) pénalisent les éleveurs de plein air, qui répondent pourtant à une demande environnementale et sociétale, déplore la Confédération paysanne.

Les mesures mises en œuvre par l'administration pour que la France reste indemne de la PPA "ne protègent que l'élevage industriel et menacent l'élevage de plein air que toute la société appelle de ses vœux", a assuré le 19 novembre Émilie Dequiedt, porte-parole de la Confédération paysanne de l'Hérault. "On ne prend pas les mesures adaptées qui seraient de surveiller les transports d'animaux, décontaminer les camions..." et mieux gérer les populations de sangliers, vecteurs de la maladie, a-t-elle ajouté, en marge de la visite d'un élevage de porcs en plein air à La Boissière (Hérault), à une vingtaine de kilomètres de Montpellier.    

Propriétaire de cet élevage de 9 hectares, Dominique Soulier ne décolère pas face aux nouvelles contraintes règlementaires prévues dans le cadre de l'application du plan de biosécurité porcine : clôtures coûteuses, sas de sécurité, vêtements anti-contamination. Selon ce membre de la Confédération paysanne, ces mesures visent à "maintenir à bout de bras un système industriel à bout de souffle" et vont "continuer à tuer les élevages paysans respectueux du bien-être animal, de la qualité des produits et de l'environnement".    

"Ce n’est pas parce qu'on est déguisé en pingouins qu'on va arrêter ce virus", a-t-il ironisé, en distribuant la panoplie règlementaire en plastique et en invitant les visiteurs à passer via un "sas de sécurité" improvisé. "Sachant qu'on rentre 10 à 15 fois par jour ça va être pratique", a poursuivi l'éleveur. "Depuis 15 ans, on a abattu plus de 2.000 cochons qui sortent d'ici : je n'ai jamais eu un porc saisi à l'abattoir", a-t-il souligné. "Ces mesures vont impacter de manière phénoménale la trésorerie des éleveurs", a aussi estimé Jean-Emile Sanchez, autre éleveur de porcs de plein air de la Confédération paysanne de l'Hérault. "Si on nous impose ces clôtures, nous on demande que l'ensemble du matériel et de la main d'œuvre soient pris en charge à 100% par une taxe sur la filière industrielle".   

Sur le même sujet

Commentaires 8

CASH38

JM rigole en disant que les épizooties n'ont pas été propagées par des élevages fermiers! C'est le bouquet, le pompon de la propagande bio comme si les gorets des élevages industriels se baladaient à l'air libre, dans la nature !!! C'est aussi malhonnête que de bénéficier d'une escroqueries de 300 000€ pour porter continuellement plainte contre Monsanto alors que sans aucune protection on met sa tête et on respire dans le réservoir d'un pulvérisateur pour apprécier le niveau de produit herbicide qui y reste. La malhonnête financière va de pair avec la malhonnête intellectuelle ! A lire une page complète de la Charente libre de mercredi dernier.

Jj

Le mot Conf' déclenche de drôles de réactions.... Oui l'industrie de la production de viande de porc en France met une énorme pression sur les éleveurs (petits ou gros) qui font du plein air (bio ou pas) afin de surtout protéger cette filière à bout de souffle qui grâce à la PPA en Asie gagne enfin des sous. Effectivement, passer de 1,18€ à 1,68€/kg c'est du jamais vu!! Alors surtout obligeons les autres à mettre en œuvre des mesures inapplicables pour protéger cette filière sans penser aux autres éleveurs de la filière, sans aide bien sûr, et si possible faisons les disparaître.... C'est bien ce que veut l'industrie porcine française...

Jm

La conf est loin de demander un laisser faire et un laisser aller, on est bien conscient de la dangerosite de la peste porcine, et aussi conscient qu'en cas d'atteinte, le cheptel sera décimé.
On demande juste une meilleure prise en compte des elevages plein air vu que la reglementation a ete reflechie uniquement par les industriels.
Et puis, sans jouer les cochons de mauvaises augures, aucune épizootie n'a ete arretee par des clotures comme celle installee a la frontiere belge.
Comme la plupart des epizootie n'ont pas ete propagees par des elevages fermiers, mais par l'elevage industriel.
Mais encore une fois, je doute de trouver une oreille attentive sur ce forum

David

Agressivité, intégrisme, agriphobie du conventionnel...

C'est comme ça la confédération paysanne ?

digue3942

encore une querelle de paysans,pro bio et sans la paperasse du label .

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires