anonymous

Des fruits et légumes français pas plus chers... mais chers malgré tout

Raphaël Lecocq

Des fruits et légumes français pas plus chers... mais chers malgré tout

L’association Familles rurales pointe une augmentation généralisée et forte des fruits et légumes sur un an, en conventionnel comme en bio. Et dénonce un suremballage aussi dispendieux que superflu.

Des fruits français sont en moyenne moins chers de 1,25% que leurs homologues étrangers et des légumes en moyenne plus chers "que" de 1,65% : tel est le bon point adressé par l’association Familles rurales à l’occasion de la sortie de son observatoire annuel des prix des fruits et légumes frais, 14ème du nom. "Contrairement à une idée reçue, leur prix concurrence celui des produits étrangers et ne doit donc pas constituer un frein à l’achat", souligne dans un communiqué l’association, qui au passage demande aux Français de ne pas avoir la mémoire courte. "Il est important de souligner d’une part que les fruits et légumes français ont permis de remplir les étals pendant le confinement et que tel n’était pas le cas de leurs homologues étrangers", argumente-t-elle.

Eviter les deux fruits et les deux légumes les plus chers

Indépendamment de leur origine géographique, Famille Rurale dénonce malgré tout une envolée des prix. Entre juin 2019 et juin 2020, le prix d’un panier comprenant 1kg (ou pièce pour la salade) de chaque légume (ou pièce pour la salade) est passé de 20,46€ à 21,34€ en conventionnel et de 36,71€ à 37€ en bio, soit des augmentations respectives de 4% et 1%. S’agissant des fruits, le prix d’un panier comprenant 1kg (ou pièce pour le melon) de chaque fruit est passé de 30,26€ à 35,36€ en conventionnel et de 56,21€ à 59,61€ en bio, soit des augmentations respectives de 17% et 6%. "A la lumière de ces chiffres, Familles Rurales ne peut que comprendre mais aussi s’alarmer du constat révélé en 2016 par le Credoc indiquant que « seulement 25% des français avaient consommé au moins 5 portions de fruits et légumes par jour en 2016, contre 31% en 2010".

Le classement par type de circuit

L’étude repose sur cinq relevés de prix réalisés du 30 mai au 12 juin 2020,  portant sur un panier de 8 fruits et 8 légumes frais, conventionnels et bio, dans quatre surfaces de ventes (hypermarchés/supermarchés, Etablissements à dominante marque propre (type hard discount), marchés et magasins spécialisés bio. Le prix moyen d’un panier conventionnel contenant 1kg de chaque fruit et légume (1 pièce pour le melon et la salade) coûte 52,31€ en magasin type hard-discount), 55,84€ en hyper et supermarché et 65,66€ sur le marché.

La hausse des prix sur an s’établit à +22% en hard-discount, +7,5% en super et hypermarché et +22% au marché.

"Halte au suremballage"

L’association poursuit par ailleurs sa diatribe contre le suremballage, que "les autorités sanitaires n’ont à aucun moment favorisé" pendant l’épidémie de coronavirus, certaines études tendant même à démontrer que "ce virus demeurerait bien plus longtemps actif sur les surfaces plastiques". Selon l’observatoire, Outre la gabegie écologique, Famille rurales dénonce les surcoûts de l’opération et le risque d’induire en erreur les consommateurs, pouvant confondre prix au kg et prix du lot. L’association rappelle qu’elle accueilli très favorablement la loi AGEC (relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire) publiée le 10 février 2020. Cette dernière prévoit dans son article 77 l’interdiction de présentation à la vente des fruits et légumes frais non transformés avec un emballage contenant du plastique à l’exception des lots de 1,5 kilogramme ou plus et des fruits et légumes les plus fragiles, à compter du 1er janvier 2022. Familles rurales s’interroge sur ces exceptions et "exhorte les consommateurs à faire des choix éclairés".

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier