Du contrat à la formation : fidéliser le salarié

EXPERT COMPTABLE

Du contrat à la formation : fidéliser le salarié

Contrat, rémunération et conditions de travail sont les meilleurs garants de l’efficacité ainsi que de la fidélité du salarié et donc de la rentabilité de l’exploitation.

Aides et exonérations

Les incitations financières varient en fonction :

• du type de contrat : à durée indéterminée ou non ;

• du niveau de salaire : réduction Fillon ;

• de la durée et du type de  contrat : exonération travailleurs occasionnels ;

• du besoin de réinsertion des salariés : contrat initiative emploi, aide aux travailleurs handicapés… 

• du niveau de formation des jeunes salariés : aides à la formation en alternance… 

• du lieu d’implantation de l’entreprise : ZRR…

L’agriculteur embauche un salarié et s’investit pour le former. Il a donc intérêt à le conserver le plus longtemps possible. Une rémunération adaptée est un outil de reconnaissance pour le fidéliser. La convention collective définit des grilles de salaires correspondantes aux emplois. Ne pas rémunérer le salarié en fonction de la réalité de ses tâches revient à s’exposer à un conflit en cas de rupture du contrat de travail.

Contrat et clauses proportionnées

Le contrat de travail est la base de la relation entre l’employeur et le salarié. Une fois la nature du contrat déterminée, certaines mentions, obligatoires ou non, doivent être inscrites : elles évitent les non-dits et limitent les sources de conflits. L’employeur peut ajouter diverses clauses au contrat de travail : loyauté, discrétion, mobilité, non-concurrence, dédit-formation, exclusivité... Les possibilités, nombreuses, doivent être proportionnées aux fonctions du salarié. Une clause de non-concurrence pour un chef de cultures est nettement plus cohérente que pour un aide d’exploitation.

Primes d’intéressement exonérées

Les primes représentent un outil de reconnaissance intéressant. L’employeur ne peut déroger aux primes conventionnelles. Mais il peut aussi fixer des primes contractuelles ou verser des primes exceptionnelles. Un accord d’intéressement contribue également à fidéliser les salariés et améliorer leur efficacité. Cet accord collectif est déterminé par des critères liés aux résultats ou aux performances de l’entreprise. Des critères techniques, sur lesquels les derniers ont un impact direct, sont préférables et vont dans le sens d’une meilleure performance de l’entreprise. Ces primes d’intéressement sont exonérées de charges salariales et patronales. Elles constituent en revanche un revenu imposable pour les salariés sauf s’ils versent leurs primes sur un Plan d’épargne. D’autres outils de fidélisations existent comme la mise en place de titres-restaurants.

La formation, un investissement

Il est essentiel de proposer au salarié une formation continue : un employé compétent et formé régulièrement est un gage de performance pour l’entreprise. Intégré à sa juste valeur, le caractère obligatoire de la formation peut rapidement devenir annexe. L’employeur doit également adapter le management au niveau de compétence du salarié. Délégation, écoute, participation aux réflexions et aux décisions, sont autant d’éléments qui favorisent sa motivation. Les conditions de travail (salle de pause, vestiaires…) peuvent s’avérer primordiales pour le salarié.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires