anonymous

Jaunisse des betteraves : « si une solution simple existait, on l’aurait mise en place »

Raphaël Lecocq

Jaunisse des betteraves : « si une solution simple existait, on l’aurait mise en place »
© Europe 1

Sur Europe 1 ce vendredi, le ministre de l’Agriculture a écarté l’idée d’une réintroduction des néonicotinoïdes comme parade à la maladie, au motif qu’une loi, qui serait nécessaire, "ça prend un an".

Aux betteraviers qui caressaient l'espoir d’obtenir une dérogation, même temporaire, pour protéger les betteraves sucrières de la jaunisse, le ministre de l’Agriculture a émis une fin de non-recevoir. "La difficulté, c’est que pour faire ça, il faut une loi et vous savez une loi dans notre pays, ça prend un an. Or la décision doit être prise maintenant", a déclaré le ministre de l’Agriculture au micro d’Europe 1.

Julien Denormandie n’exclut pas que des solutions techniques puissent émerger, indiquant que « la France est un des pays les plus avancés dans la recherche agronomique », mais sans toutefois évoquer de piste concrète et encore moins d’échéance.

"Une France souveraine, y compris dans la production de sucre"

A court terme, c’est donc un levier financier que le gouvernement s’apprête à activer, de façon à compenser les pertes financières de la récolte 2020. Mi-juillet, la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) les estimait "à 100 millions d’euros minimum, avec plus de 1 000 euros de pertes à l’hectare dans les cas les plus alarmants".

Aucune annonce n’a été faite en ce qui concerne les modalités du plan de soutien financier. Mais Julien de Denormandie voit plus loin que 2020. "Moi mon sujet, c’est d’accompagner les betteraviers pour qu’ils soient suffisamment assurés et qu’ils replantent des betteraves", a-t-il énoncé. "Je veux une France souveraine en terme agricole, y compris dans la production de sucre, et que demain, on n’ait pas à manger du sucre qui vienne de Belgique ou d’autres pays européens".

En milieu de semaine, des élus des principales régions productrices sont montés au créneau pour défendre l’économie betteravière.

Sur le même sujet

Commentaires 24

Est

J'ai entendu a la ré-autorisations d'une nni pour les betteraves..Est ce vrai?
Est les autre cultures alors blé, orge de printemps, orge d'hiver et les autre cultures. Si c'est vrai je serais très en colère en vers les betteraviers qui pense qu' a eux.

ghislain

toutes les productions agricoles vont très très mal.
La France s'est engagée dans une folie de subventionner la non production.
bio, restriction idiote des phyto et ses impasses techniques, taxation à outrance.
l'argent ne rentre plus dans les fermes, les hectares ne sont plus rentables, le matériel, les pièces détachées ont des prix exorbitants ...
chez nos décideurs s'il pense que ça va tenir de faire une économie où il n'y a rien à vendre.
ils comptent peut être sur l'évolution de la démographie agricole, faire des grosses fermes où finalement le paysan aura beaucoup de travail pour gagner très peu.
vive les futurs forçats agricoles.
il y a 2 options soit nos décideurs comprennent la vraie situation soit c'est la révolution

phili89

retenez bien le nom et la tête de ce ministre : il sera le responsable de la fermeture de toute une filière.

Jul85

Moi je sais pas comment on fait pour rester calme devant autant de sottise. Ces costards cravates de 30 balais qui vont nous expliquer qu'en fait le gaucho ça sert à rien et vont nous de l'argent (billets de monopoly sans doute) pour nous aider !!!!! Mdr. N'empêche que la camelote aura bel et bien disparue au profit de nos collègues européens qui eux seront ravis de nous l'envoyer. Quel monde d'abrutis sérieux

pb

et les céréales aussi ont le problème pucerons jno

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier