anonymous

La filière sucre française doit être réorganisée, estime Didier Guillaume

La filière sucre française doit être réorganisée, estime Didier Guillaume

La filière sucre française doit être réorganisée, a estimé mercredi le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume avant de recevoir dans la matinée la direction du groupe allemand Südzucker qui souhaite fermer deux sites sucriers en France.

"Il y a un double phénomène, le cours du sucre s'est effondré (...) et parallèlement il n'a jamais été autant produit de betteraves et de betteraves à sucre. Donc c'est un vrai problème, il va falloir réorganiser cette filière" a déclaré le ministre sur Sud Radio. M. Guillaume a assuré que la filière sucre française "n'est pas remise en cause", malgré la "peut-être fermeture" de sites Saint-Louis Sucre, filiale depuis 2001 de l'industriel allemand Südzucker. "Ce matin, ce que je vais dire au président (de Südzucker, NDLR) c'est +vous ne pouvez pas agir comme ça, vous ne pouvez pas être un prédateur économique dans notre pays+", a ajouté le ministre qui recevra le dirigeant allemand avec les présidents des régions concernées. Le gouvernement va notamment regarder "ce que ça va coûter à cette entreprise -si elle devait le faire en 2020 - de nettoyer un site", a précisé M. Guillaume.  

Transition énergétique

Au-delà, le ministre a estimé que la filière sucre française "n'est pas du tout une filière du passé". "Il faut avancer dans la mécanisation, dans les biocarburants, dans le bioéthanol, il faut aller dans la transition énergétique", a-t-il dit. "Aujourd'hui l'agriculture, la ruralité peuvent être à la pointe de la transition énergétique et notamment pour les biocarburants" a-t-il estimé. Saint-Louis Sucre a annoncé le 14 février la fermeture de deux de ses quatre sucreries en France en 2020 ainsi qu'une vaste réorganisation pour faire face à une baisse des cours du sucre, ce qui se traduirait par 130 suppressions d'emplois. Les sites de Cagny (Calvados), Eppeville (Somme) et Marseille sont visés. Selon les syndicats, en maintenant symboliquement une poignée d'employés sur ces sites, le groupe allemand empêche le déclenchement d'un processus de recherche de repreneurs.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

loubert

l'Europe ne soutient pas les créateurs de valeur ajoutée, produire est une course à handicap(normes, ouverture des marchés,taxes) c'est lamentable !!!

Bruno 02

Merci à l'Europe qui a mis fin aux quotas, en voici le résultat...

digue3942

la filière sucre : qui a participé à sa destruction ?????

Calou

Et oui !! Nos elus de nos coopératives sur les conseils des grands directeurs ne pensent qu'à faire des gros gros tas de sucre. Apres cristal et tereos se font la guéguerre pour les vendre.c est lamentable !!!! Inversion de la construction du prix? La loi egalim? Ha!!! J oubliai, le président de coop de France ne veut pas en entendre parler. Mieux vaut moins de paysans que moins de coopératives !!!!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier