anonymous

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 2

alex

l'INRA vient seulement d'implanter un verger "crash test" et l'on voudrait déjà que les agriculteurs prennent des risques économiques, alors qu'on nous rend très fragile.
combien d'argent nous manquera-t-il au détriment d'une possibilité d'investir dans une herse étrille, une bineuse, une écimeuse, une houe rotative avec la surtaxation de la redevance phyto, avec la taxe anti-dumping sur la solution azotée.
c'est en ayant une marge de manoeuvre économique que l'on peut accepter des risques.
aujourd'hui au raz des pâquerettes nous épuisons nos sols parce qu'il faut choisir entre un salaire ou une fumure Pk ou bien un chaulage.
La mondialisation, le libéralisme effréné, est entrain de laminer la fertilité des sols de notre pays

alain

les solutions concrètes sont bien minces.
des pratiques déjà existantes...
il y a bien longtemps déjà que les insecticides contre les méligèthes ne se font plus lorsque le colza commence à fleurir
A grands coups de communication, on veut lancer l'agriculture dans l'agro-écologie alors que les recherches sont finalement récentes; il n'est pas exclu que sur le long terme nous voyions très vite les limites du système, d'une part nous ne traitons pas pour le plaisir et d'autre part la nature est plein de ressort
Enfin certaines réglementations sont contre productives au regard de pratiques agro écologiques; ex les cipan empêchent la répétition des façons culturales favorables à la gestion des populations de limaces, au contrôle des cirses.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier