Trouver des terres pour s'installer

Partie 4/8

D’autres acteurs pour vous accompagner dans votre projet

Les difficultés croissantes rencontrées par les porteurs de projets agricoles pour accéder au foncier ont encouragé des alternatives pour faciliter vos démarches ou le rendre plus facilement accessible. En voici quelques exemples.

Le portage

Le principe est simple : une structure se porte acquéreur d’un bien pour ensuite le louer en fermage auprès des agriculteurs n’ayant pas une capacité d’auto-financement suffisante pour l’achat en direct. D’une manière générale, il s’agit d’encourager le renouvellement des générations et le maintien d’une activité agricole en préservant la trésorerie des porteurs de projets.

Parmi ces initiatives, on peut retenir celle engagée par Terre de Liens. Créée en 2003, cette association militante a pour but de « sortir les terres agricoles de la spirale spéculative pour les réhabiliter comme un bien commun et les préserver dans leur rôle de terres nourricières ».

Avec la création de La Foncière, une entreprise d’investissement solidaire ouverte aux citoyens, Terre de Liens achète des fermes pour y implanter une activité agricole en les louant à des agriculteurs « engagés dans une agriculture de proximité, biologique et à taille humaine ».

Vidéo : Terre de Liens

Sur le même principe, on observe un nombre croissant de projets en portage de foncier initiés par des structures collectives : coopératives, collectivités territoriales, parfois en partenariat avec les Safer, les Chambres d’agriculture et les banques. C’est d’ailleurs ainsi qu’Estelle Privat, jeune viticultrice, a pu récemment s’installer et monter son projet en s’adossant à une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) : son témoignage est à retrouver dans la 6ème partie de ce guide.

Les cabinets spécialisés en transaction agricoles

Autre option : faire appel à des cabinets spécialisés dans les transactions agricoles si l’acquisition ou la reprise d’une exploitation agricole vous semble une opération trop complexe et chronophage, ou si votre projet est déjà calibré et que le temps vous est compté.

Pierre Brousseau, directeur d’Altéor Transaction. (Crédit photo : Altéor Transaction)

Pierre Brousseau, directeur d'Altéor Transaction, précise les missions de son cabinet : « Nous proposons à nos acquéreurs une exploitation agricole qui correspond à leurs critères de recherche. Notre rôle est d‘identifier et d’estimer les actifs à reprendre, de négocier le prix, d’effectuer les démarches administratives et de rédiger le protocole d’accord. En définitive, nous assurons la médiation entre le cédant et le repreneur en les accompagnant jusqu’à la vente. »

Soyez sur le terrain !

Lorsque l’on cherche des terres, il est parfois difficile d’avoir la primeur des intentions de location ou de vente de la part des bailleurs et des vendeurs. Une difficulté accrue lorsque vous êtes extérieur au monde agricole. Si vous êtes hors-cadre familial (HCF), le monde agricole pourra vous paraître intimidant mais nous vous encourageons néanmoins à vous faire connaître et à évoquer votre projet auprès des acteurs locaux.

Une démarche au cours de laquelle vous pourrez rassurer vos interlocuteurs concernant le sérieux de votre projet et éventuellement trouver des compromis en cas de concurrence directe avec d’autres candidats sur les terres que vous souhaitez acquérir.

Maxime Lafforêt
Maxime Lafforêt, éleveur dans le Lot-et-Garonne.

Maxime Lafforêt, jeune éleveur installé en 2020 dans le Lot-et-Garonne, témoigne : « Rencontrer les propriétaires, leur faire part de ma motivation et de mon projet a sans doute beaucoup joué pour qu’ils acceptent de me louer leurs terres. Un fermage, c’est une relation à long terme, il est indispensable d’apprendre à se connaître et construire un rapport de confiance ».

 

>> Toujours intéressé(e) ? Alors cliquez ici pour accéder au chapitre 5 : "Les différents modes de faire-valoir (1/2) : l'achat"