Trouver des terres pour s'installer

Partie 8/8

Se faire accompagner pour conforter son projet dans le temps

L’acquisition de terres dans le cadre d’une installation représente de nombreux enjeux à connaître, à comprendre et à relever. Pour cela, il est essentiel de se faire bien accompagner. Dans les précédentes parties de ce guide, nous vous avons présenté les nombreux acteurs impliqués dans la problématique du foncier agricole. Jusqu’à l’aboutissement de votre projet, vous serez amené à solliciter l’expertise de certains experts dont la mission est de vous accompagner pour chaque étape nécessaire à la réussite de votre projet.

Les centres de gestion

Dans le cadre de l’élaboration de votre Plan d’Entreprise, les conseillers de centres de gestion vous accompagneront dans la définition de votre projet et dans la réalisation de votre dossier. Ils échangeront et réfléchiront sur votre projet et sur ses conditions de réussite. Cela passe notamment par la constitution du dossier d’installation complet répondant aux exigences réglementaires.

La faisabilité technico-économique, les conditions initiales d’installation, les prévisions d’investissements nécessaires et leurs financements seront au cœur de leur travail pour élaborer l’étude économique prévisionnelle d’installation sur cinq ans. Après avoir analysé le projet dans son ensemble, votre conseiller vous proposera les différentes options en mesure d’optimiser votre projet (aspects juridiques, fiscaux et financiers) et vous accompagnera dans les diverses démarches qui en résultent. 

Il s’agira notamment de constituer le dossier de financement pour l’achat de vos terres et le lancement de votre activité puis de le présenter et le défendre auprès des banques.

Au-delà de votre projet d’installation, les centres de gestion vous accompagnent et vous conseillent au quotidien pour une gestion de votre projet d’entreprise sur le long terme.

Les Chambres d’agriculture

Déjà en charge du Répertoire Départemental à l’Installation (le RDI, évoqué en 3ème partie de ce guide), les Chambres d’agriculture peuvent également vous accompagner dans de nombreuses étapes de votre projet. Par leur connaissance du contexte local, les conseillers de la Chambre d’agriculture de votre département peuvent intervenir à votre demande pour effectuer une visite sur l'exploitation que vous souhaitez acheter ou reprendre. Après une analyse technico-économique, le conseiller de la Chambre vous proposera un bilan complet ainsi que des solutions pour une acquisition dans les meilleures conditions.

[Interview] 2 conseils de Stéphanie Billon, consultante juridique chez Cogedis

Comment accéder au foncier sans compromettre la pérennité économique de l’exploitation ?

L’achat du foncier est souvent subi par le futur agriculteur, ce sont les propriétaires qui décident de vendre lors de la reprise des terres. Si le projet est viable en intégrant l’achat des terres, il est alors fortement préconisé de faire réaliser l’achat par le jeune agriculteur afin qu’il maîtrise le foncier et se constitue un patrimoine à long terme. Si économiquement, l’achat des terres par le porteur de projet n’est pas possible (annuités supérieures à un fermage), il existe d’autres possibilités comme le portage ou encore le fermage. Nos missions sont justement de les accompagner au mieux pour la réussite de leur projet.

Quels sont les points de vigilance à observer lors des 5 premières années qui suivent l’installation ?

La réussite de l’installation passe d’abord par un projet bien réfléchi en tenant compte des forces et faiblesses de l’exploitation reprise et de rechercher des leviers d’amélioration afin d’atteindre le revenu souhaité. Au niveau du démarrage de l’installation, la trésorerie est un élément clé. Le plan de financement devra tenir compte du besoin en fonds de roulement, c’est à dire prendre en compte entre autres le décalage entre le paiement des dépenses et la perception des premières recettes.

Le jeune agriculteur devra suivre son Plan d’Entreprise et respecter la réglementation Jeunes Agriculteurs (JA) notamment au niveau de la mise en conformité de l’exploitation, du respect du système de production prévu, du nombre d’actifs, des investissements prévus ainsi que du statut juridique de l’exploitation.

En résumé, l’agriculteur devra maîtriser le suivi de sa trésorerie, connaître les critères de rentabilité de son exploitation, rechercher à les améliorer, tenir compte de son environnement et des attentes du marché. Le jeune agriculteur devra s’entourer d’une équipe d’experts dans différents domaines pour atteindre les objectifs fixés.

 

C'est la fin de ce guide destiné à destiné à accompagner votre projet d'installation en agriculture. Vous souhaitez relire certains chapitres ? Cliquez ici pour retourner au sommaire.