anonymous

Taxes de Trump sur le vin : "c'est comme si la foudre nous était tombée dessus"

Pleinchamp avec l'AFP

Taxes de Trump sur le vin : "c'est comme si la foudre nous était tombée dessus"

Les taxes américaines, "c'est comme si la foudre nous était tombée dessus": les viticulteurs français sont sous le choc des taxes douanières imposées par l'administration Trump sur leurs vins. Les importateurs américains aussi.

L'administration Trump surtaxe depuis le 18 octobre de 25% les vins tranquilles français, espagnols et allemands, en représailles au traitement préférentiel que l'UE accorderait selon elle au constructeur aéronautique Airbus. A part la Champagne, toutes les régions viticoles françaises sont touchées. Cela a stoppé net l'envolée des vins français sur leur premier marché à l'exportation, en particulier celle des rosés. "Certains importateurs qui attendaient des vins pour les fêtes de fin d'année ont dû payer un transport par avion à la dernière minute pour tenter d'échapper à la taxe, qui s'est appliquée à partir du 17 octobre à minuit", raconte Gabrielle de Magliane, importatrice et distributrice, qui a des entrepôts au Texas et à Los Angeles. Elle-même a "arrêté immédiatement toutes les commandes", explique-t-elle à l'AFP au salon WineParis-Vinexpo, qui se tient cette semaine à Paris. Importateurs, distributeurs... vu le nombre d'intermédiaires, une surtaxe de 25% équivaut à une hausse de 60% à 70% en magasin, estime Michel Chapoutier, grand négociant et producteur de la vallée du Rhône.

Risque pour l'emploi aux Etats-Unis

"Si demain les taxes américaines devaient passer à 100%", comme la rumeur a couru en janvier-février en rétorsion à la taxe numérique française, "c'est bien simple, je mets la clé sous le paillasson", prévient le Québecois Serge Doré, importateur et distributeur (Serge Doré sélections) installé à New York. "Une taxe à 100% ferait perdre beaucoup d'argent et d'emplois aux États-Unis ; on parle de 800 000 emplois en moins aux États-Unis, ce qui devrait faire réfléchir le gouvernement avant d'appliquer de nouvelles taxes en pleine année électorale", tente-t-il de se rassurer.

Le ministre français de l'agriculture Didier Guillaume a affirmé pour sa part le 10 février, lors de l'inauguration du salon parisien, qu'il n'y aurait pas de taxe à 100%, se déclarant solidaire des viticulteurs français "100% victimes". Néanmoins, quand la profession viticole réclame un fonds de compensation de 300 millions d'euros, il renvoie à Bruxelles : "Nous demandons une aide compensatoire à l'Europe et une aide pour financer les promotions de vins français à l'étranger". La taxe de 25% est d'autant plus difficile à digérer pour les viticulteurs que le marché américain est complexe à pénétrer. Il demande beaucoup d'investissements marketing pour s'adapter aux régulations différentes d'un État américain à l'autre : certains dépendent d'un monopole pour l'achat de l'alcool, d'autres sont plus libéraux.

Développer l'oenotourisme

Serge Doré essaie de passer entre les gouttes. Aux uns, il propose du Côtes-du-Rhône à plus de 14 degrés d'alcool, qui n'est donc pas touché par la taxe. "J'ai 12 000 bouteilles en +stand-by+, les acheteurs attendent la mi-février pour être sûr qu'il n'y aura pas de taxe supplémentaire." Avec les autres, il négocie un partage du surcoût entre producteur, importateur et distributeur, pour éviter l'explosion du prix final pour le consommateur. Selon lui, l'État de Pennsylvanie a ainsi compensé une partie de la hausse de taxe sur un millier de caisses. Gérard Bertrand, viticulteur du Languedoc et gros exportateur de rosé aux États-Unis, a adopté la même stratégie. Sa filiale d'importation américaine a pour l'instant absorbé le prix de la taxe, pour "ne pas perdre de part de marché", dit-il à l'AFP.

Pour Pascaline Lepeltier, meilleure sommelière du monde l'an dernier, qui travaille à New York, il est impossible d'augmenter les prix de 10 à 20 euros la bouteille, d'autant qu'il y a maintenant d'excellents vins partout. Thorsten Hartmann, analyste spécialisé dans les taxes douanières de l'institut britannique IWSR, a aussi prévenu les viticulteurs français lors d'une table ronde durant le salon : "Vous n'êtes pas irremplaçables aux yeux du consommateur américain." Une solution évoquée: développer l'oenotourisme. Si les Américains ne peuvent plus boire de vins français chez eux, ils pourraient venir en vacances pour en déguster. "Mais alors il faudrait développer les infrastructures, car lorsque j'emmène un groupe d'Américains à Saumur, j'ai du mal à trouver des transports en commun", nuance Pascaline Lepeltier.

Sur le même sujet

Commentaires 1

robin

Si les Américains ont de bons vin, a quoi bon importer des vins Français ? De même qu'on ne reproche pas aux éleveurs Français d'être contre l'importation de viande des US !!! Consommons ce que nous produisons... c'est mieux pour la planete plutôt que d'aller chercher au bout du monde ce qu'on a chez soi

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier