Bovins maigres – La demande reste soutenue.

Bovins d’embouche et d’élevage – Les perspectives d’accroissement des prix de la viande sont retardées par la crise économique. Les besoins des engraisseurs spécialisés restent soutenus, même si le recul de la demande des abattoirs leur permet de regonfler les stocks. Les acheteurs restent à la recherche d’animaux lourds pour une rotation rapide, mais faute d’offre, ils se rabattent sur du bétail convenable, mais plus léger à finir tardivement sur l’hiver, et devront supporter des coûts alimentaires plus élevés. Les tarifs sont plus discutés dans les animaux bas de gamme ou médiocres.

Broutards – L’offre tend à progresser, même si on ne retrouve pas les niveaux des années passées compte tenu de la réduction du cheptel mère. La demande reste majoritairement ciblée sur des animaux de qualité recherchés pour leur potentiel de croissance et leurs rendements de carcasses dans la viande. L’animation commerciale est régulière même si les tarifs se replient légèrement dans les Charolais lourds. Les transactions restent actives dans les Limousins face à une forte activité sur l’Algérie. La demande pour la mise en ateliers d’engraissements sur la France est soutenue dans les U de 280/350kg. La commercialisation est plus calme dans les broutards R de conformation, ou plus légers, qui souffrent d'un moindre potentiel de croissance. Dans les femelles, la vente reste fluide à l’export, mais l’équilibre offre/demande entraine un léger recul des prix dans le centre du pays. 

Avis d’expert :

Bovins maigres +18 mois : L’accalmie du commerce de la viande devrait se répercuter sur le bétail maigre de moyenne conformation.

Broutards : Les volumes vont progresser dans les prochaines semaines, mais la demande restera présente avec des tarifs toujours attractifs.

Cliquer ici pour retrouver tous vos cours sur le bétail vif