Broutards : Le recul de l’offre facilite la vente

[Bovins maigres : analyse commerciale sem 21-2021]

En broutards et taurillons 12-18 mois : La semaine a été perturbée par le lundi de la Pentecôte. Les volumes se tassent avec des éleveurs accaparés par la coupe et le ramassage de l’herbe.  Cette faiblesse des apports facilite les échanges dans les taurillons charolais herbés qui ont repris quelques centimes. Les transactions restent très calmes dans les Limousins avec un repli de la demande italienne. Les Blonds d’Aquitaine se vendent normalement s’ils sont de qualité et préparés pour l’export. De nombreux éleveurs n’ont toujours pas pris conscience de cette nécessité et risque de le payer très cher en fin d’été. Les expéditions sur l’Espagne sont mesurées et des écarts de valorisation importants sont observés entre les animaux vaccinés et ceux qui nécessitent une PCR. Dans les femelles, l’activité commerciale est fluide dans les bonnes laitonnes herbées exportées sur l'Italie. Les femelles communes non vaccinées s’écoulent sur l’Espagne avec des tarifs faibles notamment dans les légères ou médiocres.

En bovins maigres + 18 mois : L’activité commerciale reste favorisée par la tenue des prix de la viande. Le gros de l’activité est assuré par les gros engraisseurs qui ont des besoins de rotation et qui préfèrent des animaux lourds à finition rapide. Les tarifs se maintiennent dans le bon bétail lourd. La demande est plus prudente dans le bétail plus long à finir sur l’été, mais la modestie de l’offre limite la pression sur les prix. Les vaches trop âgées ou le bétail médiocre sont en revanche à la baisse.

Avis d’expert :

Broutards : La tendance sera positive dans les bons taurillons d’herbe, mais la demande intérieure sera à la baisse dans les légers.  

Bovins maigres +18 mois : La demande restera ciblée sur le bon maigre lourd. Le tri restera marqué dans le second choix