L'œuf qui promet de ne plus tuer la poule - Pleinchamp

L'œuf qui promet de ne plus tuer la poule

Poulehouse lance un nouveau produit dans les magasins Biocoop : un œuf dont la poule ne sera pas abattue quand elle aura atteint l’âge limite.

En achetant l'œuf, le consommateur sauve la poule. La société Poulehouse a-t-elle trouvé un nouveau créneau de démarcation en proposant un oeuf deux fois plus cher que le bio, mais dont la poule ne sera pas abattue après réforme ? C'est ce que pense Fabien Sauleman, président de la nouvelle société. « Nous avons testé le marché et nous avons rapidement reçu beaucoup de réponses », raconte-t-il.

La société a été créée en février et elle a fait appel à un site de crowdfunding pour financer son activité. Quelques mois plus tard, quatre éleveurs sont engagés dans la démarche, soit 9000 poules. Les œufs sont désormais disponibles dans l'enseigne Biocoop. Les scandales à répétition autour de l'élevage de poules en cage ont sans doute contribué au développement de ce nouveau concept. « En France, nous allons revenir vers du plein air et du Bio, est convaincu Fabien Sauleman. Nous avons voulu aller un cran plus loin, car l'agriculture biologique ne prend pas en compte l'avenir de l'animal ».

Concrètement, que vont devenir toutes ces poules qui vont échapper à l'abattoir ? « Elles vont aller dans un refuge, nous avons acheté 16 hectares de terrain, pour accueillir jusqu'à 18 000 poules », explique Fabien Sauleman. Tout en entrevoyant les limites d'un tel système de production : « nous savons qu'il nous faudra trouver des solutions avec les éleveurs, afin qu'ils gardent les poules plus longtemps avant de les réformer. Mais c'est encore trop tôt pour créer un nouveau processus de production ». Actuellement, les poules sont souvent réformées autour de l'âge de 18 mois, car jugées moins productives.