Veau : analyse commerciale sem 41-2020

Le marasme se poursuit

Veaux : Alors que les volumes vont continuer de progresser, les mises en place sur le territoire seront de leur côté en repli pour limiter les sorties en période de chaleur. Une grande majorité des veaux prennent la direction de l’Espagne, mais c’est le cas également des autres pays de l’UE. Les intégrateurs français imposent des quotas à leurs fournisseurs, avec des éleveurs qui sont obligés de garder leurs veaux, faute de place. La production de petit veau est de médiocre qualité. Les prix offerts sont peut-être en cause dans la motivation des éleveurs, mais le choix des taureaux reproducteur l’ait aussi notamment dans les croisements où la facilité de vêlage est prioritaire à la conformation des veaux.

Veaux de boucherie : Le marché souffre une nouvelle fois de la restriction d’activité de la restauration. Le marché qui avait retrouvé une certaine fluidité se tend, alors que la saison devrait être très favorable à la vente de viande de veau. Les prix restent en dessous des coûts de production.

Avis d’expert :

Veaux d’engraissement : Les difficultés vont s’accroitre avec un déséquilibre grandissant entre les disponibilités et les besoins du marché.    

Veaux de race à viande : Les bons Limousins vont se tenir. Le commerce restera compliqué pour les croisés.

Veaux de boucherie : La semaine du goût devrait donner un peu plus de visibilité aux produits.