anonymous

Ce que l’Europe fait pour moi

Raphaël Lecocq

Ce que l’Europe fait pour moi

C’est l’intitulé d’un site internet mis en place par le Parlement européen pour expliciter l’empreinte de l’Europe dans le quotidien de ses 510 millions de ressortissants. L’entrée s’opère par région et département (pour la France) ou par préoccupation de la vie quotidienne. L’agriculture y est omniprésente.

Ce que l’Europe fait pour moi

A quelques mois du Brexit (29 mars) et des élections européennes (26 mai), le Parlement européen a mis en service un site internet destiné à éclairer le sens des politiques européennes et ses réalisations. Le site propose une double entrée : géographique ou thématique. Pour ce qui est de l’approche géographique, il est possible, pour la France, d’entrer par l’échelon régional ( Grand Est, Nouvelle Aquitaine etc) ou départemental ( Guadeloupe, Nord, Maine-et-Loire etc.). Aucune région, aucun département ne sont omis. En ce qui concerne l’entrée thématique, le liste inventorie 400 fiches se rapportent à 15 thèmes de la vie quotidienne : santé, éducation, droits et liberté etc.

Et l’agriculture dans tout cela ?

Elle est omniprésente... même si la note de synthèse qui lui est dédiée, la troisième clé d’entrée du site, n’est pas encore active. Ce n’est pas la seule. Manquent aussi à l’appel la pêche, la politique étrangère, le commerce international, l’avenir de l’UE etc. Mais la mise en ligne ne saurait tarder et en français évidemment. Pourquoi, dans ces conditions, affirmer que affirmer que l’agriculture est omniprésente ? D ’abord parce qu’elle est abordée dans le chapitre de la vie quotidienne, à la rubrique « mes aliments et boissons ». La question de l’alimentation est passée au crible de 21 sous-rubriques, s’adressant aux consommateurs produits régionaux et traditionnels, aux personnes soucieuses du bien-être des poules ou des porcs, aux personnes détestant le gaspillage alimentaire etc.

Ce que l’Europe fait pour moi

La Pac, unique politique commune

L'agriculture est surtout présente dans l’entrée par départements. Au hasard dans l’ Eure, où le président de la République a lancé le 15 janvier le Grand débat national, on apprend que la Ferme du Louvier, qui produit des porcs élevés en plein air et qui commercialise par ailleurs les produits de qualité d’une vingtaine de producteurs partenaires, a bénéficié de fonds européens pour ouvrir un deuxième laboratoire et moderniser son point de vente. Dans le Lot, où Emmanuel Macron remplit le même office ce vendredi 18 janvier, on découvre que les Fermiers de Rocamadour ont bénéficié du soutien de l’UE pour s’agrandir et répondre à la demande croissante de ses fromages AOP, qui s’exportent jusqu’au Etats-Unis.

On pourrait multiplier les exemples. Si l’agriculture est omniprésente, c’est parce qu’elle représente le 1er budget de l’UE : 37,8% sur la période 2014-2020. Et c’est logique puisque la Pac demeure, 62 ans après la création de la CEE (1957), devenue UE en 1992, la seule politique commune de l’Union (1962). Même si elle ampute son budget de réforme en réforme, l’UE aime l’agriculture et les agriculteurs. L’inverse.... Allez, (re)gardons la banane.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires