anonymous

Le tribunal administratif de Lyon annule l’AMM du Roundup Pro 360

Raphaël Lecocq

Le tribunal administratif de Lyon annule l’AMM du Roundup Pro 360

La décision fait suite à une requête du Comité de recherche et d'Information indépendantes sur le génie génétique (Criigen). Pour le tribunal, l’herbicide « porte une atteinte à l'environnement susceptible de nuire de manière grave à la santé ».

Vente et usages interdits

Suite à la décision du tribunal administratif de Lyon relative à l’annulation de l’autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360, une décision à effet immédiat, l’Anses indique que la vente, la distribution et l’utilisation du Roundup Pro 360 sont interdites à compter de ce mardi 15 janvier.

Le tribunal administratif de Lyon (Rhône) a annulé ce mardi 15 janvier l’Autorisation de mise sur le marché (AMM) du Roundup Pro 360 de Monsanto, délivrée le 6 mars 2017 par l’Agence nationale de sécurité sanitaire, alimentation, environnement, travail (Anses). Le tribunal avait été saisi d’une requête de la part du Comité de recherche et d'Information indépendantes sur le génie génétique (Criigen), en date du 30 mai 2017.

Un produit différent du Typhon

Le tribunal a remis en question la procédure d’évaluation des risques par l’Anses, qui s’était appuyée sur celle du Typhon de la société Adama, qui a le même principe actif que le Roundup Pro 360 mais une composition chimique différente. « Le Roundup Pro 360 n’est pas un produit de revente et nécessitait une évaluation des risques et des dangers » relève le tribunal. Ce dernier se montre sévère à l’égard de l’Anses sur un autre point, relatif à la classification et à l’étiquetage. C’est ainsi que le Roundup Pro 360 aurait dû être classé H411 (« toxique pour les organismes aquatiques. Entraine des effets néfastes à long terme »), H302 (« nocif en cas d’ingestion »), H315 (« provoque une irritation cutanée ») et H318 (« provoque des lésions oculaires graves »). Selon le tribunal, l’Anses a en outre  « commis une erreur manifeste d’appréciation en ne fixant pas les conditions précises de l’étiquetage au-delà̀ des mentions obligatoires (...). Si la décision attaquée souligne les risques de résistance au Roundup, elle n’a imposé́ aucune recommandation visant à l’éviter ».

Bataille d’agences

Le caractère cancérogène du glyphosate est le troisième point, et non le moins important, ayant motivé la décision du tribunal d’annuler l’AMM du Roundup Pro 360. Il a évidement  remis sur le devant de la scène les différences d’appréciation entre les agences de sécurité sanitaire, en l’occurrence le Circ, le Centre international de recherche sur le cancer et l’Efsa, l’Autorité européenne de sécurité des aliments. Le Circ juge le glyphosate probablement cancérogène pour les hommes eu égard notamment aux résultats des expériences animales, ce qui correspond à une classification 1B au sens du règlement n°1272/2008. De son côté, l’Efsa ne classe le glyphosate ni en catégorie 1B, ni même en catégorie 2 « substances suspectées d'être cancérogènes pour l'homme ». Monsanto a soutenu le fait que le Circ ne disposait pas de toutes les études soumises à la commission européenne, notamment une étude postérieure à la revue de littérature du Circ. L’étude en question ne montrait pas de corrélation, du moins à un niveau statistiquement significatif, entre utilisation de pesticides à base de glyphosate et cancer chez l’homme. Pas suffisant pour remettre en cause la monographie du Circ, a jugé le tribunal, qui a annulé l’AMM du Roundup Pro 360, estimant que l’Anses avait commis « une erreur d’appréciation au regard du principe de précaution défini par l’article 5 de la charte de l’environnement ».

Sur le même sujet

Commentaires 4

alain

quand la justice se prend pour la police
La justice est là pour rendre justice, pas pour rétablir l'ordre.
actuellement, la justice est très sévère avec les gilets jaunes; d'avoir osé dire son raz le bol à la transition écolo à coup de taxes, d'avoir osé dire assez au pouvoir, va nous faire sentir le vent du boulet.
principe de précaution, moteur de la décroissance, en vérité nous ne mesurons pas assez le décrochage induit de la France, cette décroissance sera la fin de notre système social.

digue3942

selon les photos qui meublaient le sujet anti-glyphosate sur france2 ,il semblerait que le paysan français est tellement IDIOT qu'il utilise le glyphos sur les cultures en places ....

agrif

comme on ne trouve rien contre le round up et que l on veut bêtement l interdire
voila a quoi on arrive : la bêtise de technocrates

robin

depuis quand un juge est compétant pour dire si un produit phyto est nocif ou non ? D'autre part, sur 11 agences qui se sont penchés sur l'évaluation du risque du glypho, 1 seule a conclu qu'il était cancérogéne !!! lisez l'article ici ( https://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2945). Vous vous ferez une meilleur idée de comment on évalue un produit plutôt que d'écouter BFM !!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires