anonymous

Sodiaal : des ventes 2018 stables dans un marché du lait difficile

AFP

Sodiaal : des ventes 2018 stables dans un marché du lait difficile

Les ventes de la coopérative Sodiaal sont restées stables en 2018, tandis que ses bénéfices reculaient, "dans un marché du lait difficile en 2018", a-t-elle annoncé dans un communiqué le 24 juin.

Avec un chiffre d'affaires de 5 milliards d'euros en 2018, Sodiaal - qui produit le lait Candia, les fromages Entremont ou le lait en poudre Regilait - devient le troisième groupe coopératif français, derrière Agrial et InVivo, et devant le sucrier Tereos. Son résultat courant consolidé 2018 atteint 12,7 millions d'euros, contre 16,7 millions d'euros en 2017, touché par la baisse de la consommation sur toutes les catégories de produits de grande consommation, excepté les fromages. 

"Cette baisse de volumes n'a pas été compensée totalement par les hausses de tarifs et a généré des excédents moins bien valorisés", assure la coopérative. Par ailleurs, une crise sanitaire importante chez un des concurrents de Sodiaal dans le lait maternisé, le groupe Lactalis, a fortement affecté "le marché des ingrédients d'origine française et demandé des investissements accrus pour élever encore les standards de production dans un contexte où l'assurance d'une qualité irréprochable est primordiale". Sodiaal a en effet fait l'acquisition du site de lait infantile de Carhaix (Finistère) auprès du chinois Synutra pour monter en capacité de production sur un marché mondial "en forte croissance".

Les deux tiers des bénéfices de la coopérative sont redistribués aux quelques 20 000 adhérents, qui ont obtenu 3 euros supplémentaires les 1 000 litres, indique la coopérative qui assure qu'elle poursuit en 2019 "ses efforts pour revaloriser le lait de ses adhérents et table sur une progression comprise entre 8 et 10 euros/1 000 litres". "La progression réelle du prix payé à nos adhérents sera conditionnée par la finalisation des négociations en cours avec les enseignes", prévient toutefois Sodiaal. 

"Si la dynamique impulsée par la Loi EGAlim (issue des états généraux de l'alimentation, NDLR) a été fructueuse sur les marques nationales, les négociations sont plus tendues sur les marques de distributeurs qui représentent environ 50% de nos volumes en produits de grande consommation", a déclaré Damien Lacombe, président de Sodiaal, cité dans le communiqué.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires