anonymous

Un tiers des salariés agricoles sont des saisonniers

Adèle Magnard

Un tiers des salariés agricoles sont des saisonniers

Plus d'un quart des 1 050 000 saisonniers en France travaillent dans l'agriculture, où ils représentent un tiers de l'emploi, selon une étude du service statistique du ministère du Travail publiée le 5 décembre.

Entre avril 2018 et mars 2019, un peu plus d’un million de personnes ont eu au moins un contrat saisonnier en France, indique l’étude. Plus d’un quart des saisonniers a travaillé dans l’agriculture, où ils représentent un tiers de l’emploi, en particulier pour la récolte des fruits, notamment lors des vendanges. Ainsi, mi-août 2018, près de 45% des salariés dans la culture de légumes, melons, racines et tubercules étaient saisonniers. À la mi-septembre, c'est près de 70% des salariés de la culture de fruits, notamment la vigne.

En termes de répartition géographique, le travail saisonnier agricole concerne pratiquement tout le territoire, mais il est particulièrement présent dans le sud de la France : les régions Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et PACA concentrent à elles seules plus de 50% du volume de travail saisonnier annuel de la filière agricole.

Les travailleurs saisonniers agricoles sont très souvent des ouvriers non qualifiés (90%), plus fréquemment des hommes (62%) et sont âgés en moyenne de 36 ans. Dans les filières non agricoles (restauration, hébergement, loisirs…), les saisonniers sont plus jeunes (31 ans), appartiennent à des catégories plus diversifiées (53% employés, 14% ouvriers non qualifiés). La parité y est quasiment respectée.  

En moyenne, les contrats de saisonniers durent 73 jours pour le travail agricole hors vendanges et 44 jours pour les vendanges. Selon les vignobles, cette durée varie : elle atteint 18 jours dans le Jura, contre 77 jours en Charente. Lors des vendanges 2018, 100 000 personnes ont travaillé comme saisonniers, ce qui représentait 36% des travailleurs saisonnier agricoles.

Sur le même sujet

Commentaires 2

oxmo

des chomeurs..............vaut mieux prendre des polonais ou des roumains
ou mieux des équatoriens
C'est comme les tracteurs, y a pas de bonne marque française

Ameril

Heureusement qu'il y a des chômeurs ! Où trouverions nous cette main d'oeuvre disponible au bon moment sinon ? Le système social français n'avantage pas que les intermittents du travail accusés de faignasser mais sert aussi ceux qui les embauchent alors...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier