anonymous

La démarche RSE de la filière élevage et viande labellisée ISO 26 000

Anne Sophie LESAGE

La démarche RSE de la filière élevage et viande labellisée ISO 26 000

Le « Pacte pour un engagement sociétal », démarche RSE de la filière élevage et viande, a été certifié « confirmé » ISO 26 000 par l’organisme certificateur AFNOR. La filière a publié son premier rapport de responsabilité sociétale à l’occasion du Salon de l’Agriculture.

Viande Label Rouge « révisé »

La filière ambitionne de passer de 3% à 40% de viandes de bœuf Label Rouge proposées d’ici 2023, pour « renforcer la promesse de qualité » au consommateur. La section bovine d’INTERBEV, en lien avec Fil Rouge qui fédère les Organismes de Défense et de Gestion des Labels, a proposé à l’INAO (l’Institut National de l’Origine et de la Qualité) de faire évoluer les critères d’éligibilité au Label Rouge. Entérinés par l’INAO, les critères d’éligibilité au Label Rouge sont donc désormais renforcés. Ils intègrent : l’autonomie alimentaire des élevages garantie à 80 % minimum, assurant que l’herbe et les fourrages donnés aux animaux proviennent essentiellement de la ferme ; une alimentation des animaux du troupeau garantie sans OGM et sans huile de palme ; des garanties en matière de bien-être animal et de réduction de l’usage des antibiotiques. Par ailleurs, la contractualisation est désormais obligatoire, depuis l’éleveur jusqu’au distributeur. Venant sécuriser les relations commerciales, elle a pour objectif de favoriser une juste rémunération de chaque acteur par la prise en compte d’un coût de production dans la détermination du prix.

Source Interbev

Engagée depuis 2017 dans une démarche de responsabilité sociétale environnementale (RSE) baptisée « Pacte pour un engagement sociétal », la filière élevage et viande a été certifiée de niveau 3 sur 4, soit « confirmé » ISO 26 000, par l’organisme de certification AFNOR. Traduit par le label « engagé RSE », ce niveau réunit 54 sous-critères et certifie « que les moyens mis en place permettent des avancées » précise Merylle Aubrun expert RSE chez AFNOR. Cette démarche RSE initiée par Interbev s’engage sur 4 enjeux majeurs : préservation de l’environnement et des territoires, protection et santé des animaux, juste rémunération des acteurs de la filière et attractivité des métiers et enfin, agir pour une alimentation responsable.

Concertation continue

« Cette démarche dicte toutes les réflexions qu’on mène au sein de la filière » précise Bruno Dufayet, président de la commission Enjeux sociétaux chez Interbev et président de la Fédération nationale bovine. Ces quatre enjeux ainsi que leurs indicateurs de performance, sont issus d’une concertation continue avec les pouvoirs publics, le monde scientifique, les ONG de protection environnementale et animales. L’objectif est de rassembler la filière autour d’une « démarche de progrès », mesurer l’impact des démarches engagées et leurs évolutions dans le temps. « On connait la date de début mais on ne connait pas la date de fin » ironise Bruno Dufayet.

Bonnes pratiques 

Parmi les bonnes pratiques identifiées : sur l’aspect environnemental, l’objectif est de « réduire les émissions de gaz à effet de serre tout en renforçant l’autonomie alimentaire sur les élevages et le maintien des prairies avec le stock de carbone associé. » Pour cela, les éleveurs disposent notamment de l’outil de diagnostic CAP’2ER. Pour le bien-être et la santé du troupeau, l’outil BoviWell permettra « d’établir un état des lieux des pratiques et de mettre en place des leviers d’action pour toujours améliorer les conditions de vie des animaux » de l’élevage, en passant par le transport et l’unité d’abattage.

Pour le volet social du plan, la filière a construit des indicateurs de coûts de production. Elle a également rendu obligatoire la contractualisation en Label Rouge. Enfin, sur le dernier aspect « agir pour une alimentation de qualité, raisonnée et durable » la filière mise sur les signes officiels d’identification de la qualité et de l’origine (SIQO). L’objectif est doubler les volumes en bio et passer de 3% à 40% de Viande Label Rouge « nouvelle version » proposée au consommateur d’ici 2023.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires