anonymous

La fauche et la pâture des jachères autorisées dans 47 départements

Raphaël Lecocq

La fauche et la pâture des jachères autorisées dans 47 départements

Les jachères déclarées en tant que surface d’intérêt écologique (SIE) fauchées ou pâturées pourront continuer à être comptabilisées comme SIE pour l’octroi du "paiement vert".

Pour soutenir les éleveurs faisant face à ces circonstances exceptionnelles, le ministre de l'Agriculture a décidé d’autoriser les éleveurs directement affectés par la sécheresse à utiliser les surfaces en jachères pour faire pâturer leurs troupeaux ou faucher pour produire du fourrage. "Je suis aux côtés des agriculteurs et éleveurs pour les accompagner face à la sécheresse",a déclaré le ministre dans un communiqué. "Cette autorisation à faucher ou faire pâturer les jachères est une réponse à effet immédiat".

Pour bénéficier de cette possibilité, les éleveurs concernés doivent adresser un courrier à leur Direction départementale des territoires (DDT)/Direction départementales des territoires et de la mer (DDTM), expliquant les difficultés rencontrées en raison de la sécheresse et la nécessité d'utiliser les jachères et demandant en conséquence la prise en compte des circonstances exceptionnelles.

Les jachères déclarées en tant que Surface d’intérêt écologique (SIE) même fauchées ou pâturées pourront continuer à être comptabilisées comme SIE pour l’octroi du "paiement vert".

Le ministère de l'Agriculture rappelle que l'objectif des SIE est de préserver la biodiversité et demande donc aux éleveurs ayant recours à cette possibilité, de le faire en prenant toute mesure adaptée pour préserver au mieux la faune et la flore sur ces parcelles (fauche centrifuge, recours à des méthodes d'effarouchement, pression de pâturage limitée, etc.).

Les départements concernés

- tous les départements des régions Haut-de-France, Grand Est et Ile-de-France

- Auvergne-Rhône-Alpes : Ain (01), Loire (42), Rhône (69), Isère (38), Ardèche (07), Drôme (26)

- Bourgogne-Franche-Conté : Côte-d'Or (21), Nièvre (58), Saône-et-Loire (71), Yonne (89)

- Centre – Val de Loire : Cher (18), Eure-et-Loir (28), Loir-et-Cher (41), Loiret (45)

- Normandie : Orne (61) ; Seine-Maritime (76), Calvados (14), Eure (27)

- Occitanie : Aveyron (12), Lot (46), Tarn-et-Garonne (82)

- Pays-de-la-Loire : Mayenne (53), Sarthe (72)

Sur le même sujet

Commentaires 18

la raison

L'utopiste, je vous rejoins, mais qu'en partie.
"...le soutient du peuple ..." quel peuple ? La majorité ne souhaite qu'acheter moins cher que la veille, et l'autre du bio importé.
"...en espérant..." une entreprise, une nation se gère en espérant ?
Rien sur ce qui assassine les agriculteurs et leur sol, qui n'est pas de l'utopie et qui pourrait être facilement arrangé.
Je veux parler de toutes ces normes(très souvent inefficaces) qui coûtent un "pognon de fou" et qui vous obligent par la suite à concentrer la production.
Il semblerait que le "bon sens paysans" ne se répande pas aussi bien que LE covid, ou LA covid.(je tiens à être en règle avec la loi)


l'utopiste

Je rejoins bien des propos de"viande ,causse rouge et jul .
Notre exploitation agricole française est basée , d'abord ,sur la compétition .Qu'en espérer pour la majorité du peuple ?
Toujours moins d'agriculteurs , toujours plus gros ....et toujours plus en faillite ! quel comble ! L'exploitant "moderne" est avant tout .....mendiant !!!( voir les sommes allouées à l'agriculture ) .
Il est plus que urgent de revoir les bases du système car un petit plâtrage ici ou là ne résoudra rien . Le plus triste est bien l'attitude des dirigeants" professionnels"qui ne montrent aucune vision d'espoir !
Que faire à notre petit niveau ?...,afficher d'autres voies crédibles,pérennes, ayant le soutien du "peuple"....., en espérant que l'exemple l'emportera sur le média !!!..............,et que la pluie reviendra !.!

viande

jul et causse rouge, vous avez raison, ceux qu'on appelle la profession ne voit que toujours plus, plus grand, plus gros et ça devient de la vrai méchanceté envers ceux qui ne rentre pas dans leur moule car leur marge de manœuvre diminue puisqu'il n'y a presque plus de "petits". Mais comment font 'ils pour défendre la médicalisation des sols et des animaux et ne pas voir que l'agribashing s'est eux qu'ils le créent ?

causse rouge

tu a raison Jul.nous travaillons a 2 sur une petite structure,type années 1980 rémunérés correctement,bien moins stressés que certains,EBE/produit a 70% mais personne ne parle de nous.autour de nous ce nest que fuite en avant investissements démesurés,chasse aux aides PAC,subventionnés et payes par le contribuable d ou l agribashing.quand on lit la presse agricole notre métier est unsport de compétition alors qu il faudra a l avenir trouver du travail pour tout le monde si on ne veut pas la révolution.

Jul

Jean, ce que tu n'as pas compris, cest que c'est le syndicat majoritaire qui est censé vous défendre qui est derrière tout ça ! Leur but : qu'il n y ait plus que des grosses fermes avec une très faible valeur ajoutée par produit, donc pour en vivre il faudra produire beaucoup beaucoup. Le système proposé est en crise depuis plus de 50 ans, crise du lait, crise de la viande bovine, porcine.... Tant qu'il y aura des gens pour voter pour eux, l'agriculture ira mal!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires