anonymous

Lancement de l'élevage de lapins sans cages

Avec l'AFP

Lancement de l'élevage de lapins sans cage

Les principaux acteurs de la filière de la viande de lapin vont lancer des élevages responsables, sans cage, dont les produits seront en vente dans la grande distribution début 2020, ont-ils annoncé le 6 juin lors d'une conférence de presse.

"Ce nouveau mode d'élevage répond à un double enjeu : la baisse de la consommation de viande et les attentes sociétales sur le bien-être animal", a assuré le président de l'association Eleveurs & bien qui promeut l'initiative, Stéphane Bouju. L'association réunit la CPLB (groupement des 180 producteurs de lapins de la coopérative Cavac), le groupement de 110 éleveurs cunicoles de la coopérative Terrena et le spécialiste de la transformation de la viande de lapin Loeul et Piriot qui représentent en tout 60% de la production et de la transformation française.

Les lapins ne seront plus élevés en cage, mais dans des enclos au sol de 10m³, avec des terriers et des zones de repos, ce qui leur permettra de courir, sauter et se terrer. Ils auront droit à une alimentation sans OGM, exclusivement végétale et riche en acide gras omega 3. "On double la surface par animal, c'est une révolution", a expliqué Matthieu Loeul, directeur commercial chez Loeul & Piriot.

"L'association Eleveurs & bien dispose de nombreux arguments pour communiquer auprès du grand public. Sa force sera de pouvoir le faire avec des images qui contribueront à modifier la perception du consommateur de l'élevage de lapin", a assuré Amélie Legrand de l'association CIWF, dédiée au bien-être des animaux de la ferme. 

Objectif : 25% d'élevages sans cage

Comme le coût de production sans cage augmente de 15% à cause de la baisse de densité des animaux, "les éleveurs qui investissent seront accompagnés et bénéficieront d'une partie de la plus-value", ajoute M. Loeul.

En France, les lapins de chair sont issus quasiment à 100% d'élevages en cage. Pour l'instant, il existe "deux élevages pilotes et une quinzaine sont en projet", selon le président de la CPLB Gwenaël Moreau et l'objectif est d'atteindre "25% de la production d'ici 2025" sans cage. Les produits seront lancés début janvier 2020 en grande distribution sous la marque Lapin & bien.

Autre avantage de ces élevage sans cage à l'heure où de nombreux éleveurs cunicoles vont partir à la retraite : l'attractivité. "Les nouvelles générations d'éleveurs sont sensibles à apporter des réponses aux demandes sociétales", explique M. Bouju.

Sur le même sujet

Commentaires 8

MANU

ET EN TRAVAILLANT LA NUIT COMME POUR LES POULETS ????

Papycoq

ce n'est pas des parcs de 10m2 qui sont prévu "Viande" , de mémoire, pour avoir vendu un de mes batiments à des gars qui transformaient leur atelier, je crois que c'est 100 m2 pour les parcs, d'où mon précédent message.

badlnpn

J'ai pourtant souvenir que gamin, quand il fallait séparer les lapins mâles des femelles, dans de grandes cabines, avoir affaire à quelques gratteux furibonds qui ne te loupaient pas les
avants -bras.

viande

Arrêtez avec vos peurs et rodéo, 10 m2 ça fait 2x5, une barrière légère en travers et les lapins seront regroupés en fond de parc et le tour est joué, sans stress pour l'éleveur.

badlnpn

Comme le dit Papycoq, la reprise de lapins ensauvagés dans un enclos sera stressante pour
l' éleveur et ses lapins.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier