anonymous

Le chinois Synutra rompt un contrat de 11 ans avec les Maîtres laitiers

Le chinois Synutra rompt un contrat de 11 ans avec les Maîtres laitiers

Le groupe coopératif normand les Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) a annoncé vendredi la rupture d'un contrat signé en 2017 pour 11 ans avec le chinois Synutra.

"Nous avons été informés de la décision unilatérale de Synutra de rompre son contrat", a indiqué la coopérative dans un communiqué. "Au cours des derniers mois, nous avons constaté, d'un part, des ventes inférieures aux engagements volumétriques pris par Synutra (690 millions de briquettes de lait par an) et, d'autre part, des stocks très élevés toujours détenus par notre client, pour lesquels plusieurs créances sont exigibles", poursuit MLC. 

Le groupe avait investi 114 millions d'euros dans une usine ouverte en juin 2017 à Méautis (Manche) dans le cadre de ce contrat. Selon FO, l'usine employait 120 personnes avant la suspension le 1er août de la production pour la Chine. Quarante d'entre elles ne sont pas concernées par le contrat chinois : elles produisent du beurre et du lait AOP, selon le syndicat. Dans un communiqué, les représentants FO ont fait part "de l'inquiétude des salariés sur la pérennité de l'entreprise, même si la direction ne semble pas prévoir de licenciements". "L'activité AOP à Méautis se porte bien, mais ne représente qu'un petit volume", précise FO.

"Saisies conservatoires"

En conséquence de l'arrêt des briquettes le 1er août, selon FO, "la direction a dû redéployer plusieurs dizaines salariés sur les sites manchois de Sottevast (780 salariés) et Valognes (70 salariés). Pour certains collègues la surprise a été mauvaise, car les salaires ont chuté du fait du manque d'heures majorées, une perte de 200 à 300 euros de rémunération par mois, et des km supplémentaires pour aller au travail". En outre selon le syndicat, "les contrats intérimaires et à durée déterminée n'ont pas été renouvelés (environ 40)". Selon FO, "Synutra devrait une pénalité d'un montant de 9,5 millions d'euros au 31 mars 2018" pour non respect du contrat. 

Mercredi la coopérative Sodiaal avait annoncé être entrée en discussion avec Synutra pour étudier la reprise d'une partie du site construit par le groupe chinois à Carhaix (Finistère). De son côté, la Confédération paysanne avait fait état de "saisies conservatoires" venant "d'être ordonnées à l'usine de Carhaix" en raison des impayés du groupe chinois envers Sodiaal. MLC rassemble 1.188 sociétaires producteurs implantés sur 769 exploitations dans la Manche. Avec 5.032 collaborateurs, il produit 431 millions de litres de lait par an, pour un chiffre d'affaires de 1,9 milliard d'euros.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

Cardan372

BRAVO !
Une fois de plus, les Coopératives font des investissements hasardeux avec des partenaires sans scrupules.
Et ce sera l'ensemble des producteurs laitiers qui paieront la note par solidarité pour sauver le soldat coopérative.
Merci SODIAAL et associés de se développer que pour l'appât du gain. Sans se méfier d'investisseurs qui ont déjà fait couler et racheter une coop en Australie et en Nouvelle Zélande.
Prochaine étape : cours de Chinois pour tous les producteurs SODIAAL.
Faudra-t-il que ce soit VIVEA qui paie la facture ?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires