anonymous

Les résultats économiques des exploitations laitières ont progressé en 2018

Cerfrance Vendée

Les résultats économiques des exploitations laitières ont progressé en 2018

Les résultats économiques des exploitations laitières ont progressé en 2018, sans constater de redémarrage des investissements. Des éleveurs s’interrogent sur le devenir de leur atelier. Sur quels facteurs peuvent-ils s’appuyer pour le pérenniser ?

Le prix du lait, du mieux en 2018

Le prix du lait en 2018 s’affiche dans le prolongement du deuxième semestre 2017. Sur l’ensemble des clôtures 2018 des exploitations laitières au CERFRANCE Vendée, le prix payé est de l’ordre de 344 €/1000 l (326 €/100 l en 2017). Il se situe proche de la moyenne des quatre années précédentes, 341 €/1000l.

Le prix du lait payé aux producteurs est soumis à une grande volatilité. Nous observons un écart de 86 €/1000 l entre les extrêmes, qui sont représentées par les clôtures du dernier trimestre 2014 pour les conditions les plus favorables et celles de 2016 pour le niveau le plus bas.

Avec 360 450 l produits par UTH exploitant (UTHe), une variabilité du prix de  +/- 43 €/1000l  entraîne un impact de +/- 15 000€ sur l’EBE/UTHe  des exploitations laitières au CERFRANCE Vendée.              

C’est souligner l’importance de préserver une marge de sécurité dans les équilibres financiers prévisionnels.

Les résultats économiques des exploitations laitières ont progressé en 2018

Le prix de revient plutôt stabilisé

Les charges opérationnelles sont plutôt stables de 2017 à 2018 avec une évolution du prix de l’aliment peu perceptible sur ces résultats partiels 2018. La production fourragère 2018 est perturbée par des conditions climatiques compliquées. L’état des stocks est hétérogène selon les zones, et, dans bon nombre de cas, la qualité n’est pas au rendez-vous.  Des achats de fourrages et de paille se sont avérés nécessaire cet automne. Ces conditions pourraient impacter les marges brutes et trésorerie 2019.

Le volume produit par UTH, continue de progresser et exerce un effet dilution sur les charges de structure liées à la main d’œuvre.

L’écart sur le prix de revient entre le groupe des 25 % plus élevés et  le groupe des 25%  plus faibles est de plus de 130 €/1000l.

La  technicité, la productivité de la main d’œuvre, le coût des structures sont parmi les facteurs explicatifs.  Pour une efficacité de la main d’œuvre, des équipements  s’avèrent souvent nécessaires. La productivité de la main d’œuvre peut s’obtenir au détriment des résultats techniques. L’essentiel est de trouver la combinaison de ces facteurs pour des systèmes cohérents répondant aux aspirations des éleveurs.

La phase de vie de l’entreprise impacte également le prix de revient : phases d’installation,  de modernisation ou de développement.

Le report d’investissements bénéficie à la maîtrise des coûts.

Les résultats économiques des exploitations laitières ont progressé en 2018

Les investissements en suspens dans les élevages laitiers

Les investissements en élevage laitier sont en retrait depuis 2015. Les résultats  comptables jusqu’au 3ième trimestre 2018 le confirment. Les éleveurs n’ont pas relancé la modernisation de leur outil. La capacité d’autofinancement dégagée est réservée aux prélèvements et au  redressement de la trésorerie.

L’EBE/UTHe sur les résultats partiels 2018 est proche de 55 000 €. L’EBE après avoir couvert les charges de remboursement, permet de dégager environ 30 000 €/UTH pour les prélèvements privés et l’autofinancement (21 125 €/UTH en 2017).

Bien que le frein soit mis sur les investissements, le capital par UTHe progresse avec une dimension par travailleur toujours plus grande.  Cette situation n’est pas sans impact sur la quantité de travail.

Etre éleveur laitier demain en Vendée,

La crise laitière a marqué le moral des éleveurs. Evolution démographique oblige, un bon nombre d’exploitations sont concernées par un départ d’éleveur à la retraite.  Un tel évènement amène une réflexion stratégique  qui conduit souvent à la remise en cause de l’atelier laitier. Parfois sans évènement particulier, l’arrêt de la production laitière est en question.

Sans que ce soit le résultat d’une enquête approfondie, un groupe de conseillers CERFRANCE Vendée  a  identifié différents facteurs favorisant la poursuite de l’atelier laitier :

  • la transmission du savoir-faire technique. Anticiper un départ annoncé est important. Cela passe  par une redistribution des rôles ou l’accueil de nouveaux entrants (salariés, apprentis…).
  • une organisation du travail permettant un équilibre vie professionnelle –vie privée.
  • le challenge technologique. Savoir choisir ses outils High Tech et les valoriser apporte de la valeur ajoutée et représente un attrait pour le métier.
  • la maîtrise des investissements pour un équilibre financier préservé avec un niveau de comptes courant d’associés contenu. Le remboursement des comptes courant d’associés est à intégrer au plan de financement au même titre que les investissements de renouvellement ou modernisation. La reprise de capitaux par un jeune devient plus accessible et favorise l’installation.
  • la dynamique locale sur le plan social et économique (CUMA, banque de travail, équipements partagés, groupes d’échanges…).

 

Martine POUPARD

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 1

pg

on croie rever n importe quoi quand on la fais baisser de 30% on peu dire qu il a augmenter on et pris pour des con encore et toujour un lait a 31 centime payer au agriculteur vendue en grande surface le lait entier 1,57 euro 1000x0,310=310 1000x1,57=1570 euro chercher le probleme

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires