[Sommet] Sècheresse : « la décapitalisation est inéluctable »

Anne Sophie LESAGE

[Sommet] Sècheresse : « la décapitalisation est inéluctable »

A l’occasion d’une conférence de presse, la FNSEA et la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes ont alerté sur les dégâts provoqués par la sècheresse, particulièrement importante dans la région.

Au sommet de l’élevage, les éleveurs sont inquiets. Après la canicule de cet été, le manque d’eau ne fait qu’aggraver la situation des prairies. Le prix des fourrages s’envole et avec elle le risque de décapitalisation du cheptel s’accroît en raison du manque d’aliment. « la décapitalisation est inéluctable. Parfois le prix du fourrage dépasse le prix de certaines vaches sur 9 mois » déclare Patrick Bénézit, secrétaire général de la FNSEA. Il insiste « on a besoin de mobiliser tous les outils ! » Faisant référence à leur demande au ministre de l’agriculture pour l’instant restée sans réponse : avance de trésorerie à hauteur de 90% sur les aides PAC pour le 15 octobre, exonération simplifiée de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB), la mise en place du fond d’allègement des charges (FAC) ainsi qu’une prise en charge des cotisations sociales au vu de l’ampleur de la sècheresse.

Neuf mois d'hiver

« Pour l’instant nous n’avons que des discours de bonnes intentions du ministre de l’agriculture » s’agace Jérôme Despey. Il insiste « nous voulons que le ministre ait la décence de répondre aux questions que nous lui posons depuis cet été. » D’après Christiane Lambert, près de 48 départements sont concernés par la sècheresse en France. « On va vers 9 mois d’hiver et 9 mois d’hiver on ne sait pas faire » précise Patrick Bénézit. Avant d’ajouter « il existe un fond des calamités, plutôt prévu pour les sécheresse de printemps. Il faut revoir les modes d’accès à ce fond, car aujourd’hui en élevage on ne passera pas cette sècheresse sans des soutiens financiers forts. » En visite officielle au Sommet de l’élevage demain matin, la FNSEA et la FRSEA espèrent que Stéphane Travert pourra leur communiquer des réponses favorables sur le sujet. 

Animaux non finis

Christiane Lambert insiste « on voit déjà aujourd’hui des ventes d’animaux en raison de manque de fourrages » et ce phénomène pourrait s’amplifier. Les prévisions météo ne sont pas pour l’instant en mesure de rassurer les éleveurs, puisqu’à ce jour il n’y a pas de pluie significative de prévue, ce qui empêchera probablement une pousse automnale de l’herbe. Les fourrages viendront probablement à manquer pour bon nombre d’agriculteurs. Ils ne pourront pas s’approvisionner au nord de la France qui a déjà vendu au pays de l’Est également victime d'une sècheresse plus tôt dans l’année. Outre la très possible décapitalisation qui viendra probablement peser sur les cours, Christiane Lambert s’inquiète de voir « arriver des animaux non finis sur les marchés. » Ce ne sont pas les prix qui permettront de reconstruire une trésorerie. La présidente de la FNSEA réclame également une gestion européenne de ces aléas qui seront amenés à se reproduire dans les années à venir.

Sur le même sujet

Commentaires 10

GR26

Avec les loups, ours, etc, c'est aussi tous ces parasites qui envahissent les campagnes... j'ai un ami agriculteur en retraite dans l'allier qui m'a raconté que pour la pac ils sont venu contrôler ses prairies, parce que sur photo ils voyaient des arbres dont la surface n'avait pas été décomptée... or, le minimum serait que la Pac respecte le fait que les animaux ont besoin d'ombre...
du fait qu'il y avait bien une prairie correcte cachée par les arbres... il leur fallait prouver que leur travail de contrôle avait été fait, et enlever de la surface, alors ils ont mesuré la surface des troncs pour la déduire!!!!!!!!!! Ne serait-on pas en train de prendre les agriculteurs pour des...????

Ehpotsirhc

Je partage les avis de BABA et de SIMPLE CITOYEN. Je voudrais juste rajouter que pour répondre à toutes ces attaques il faut que nous arretions d'épandre les boues de station d'épuration sur nos terres car il n' y a que l'agricuture dite intencive qui utilise ces boues, elles sont interdites en bio et dans tout les signes de qualité. Quant les élus seront face à des stations saturées ils seront obliger de ravoir leur copie. Et quant la société verra ça note de retraitement des eaux augmenter elle se rendra compte de l'importance de l'agriculture conventionnelle.

beberino

a koi bon metre notre avie sur ce cite tout est calibré a leur guout!:!!

HELICE559

Encore une année comme 2018, et ont compter les agriculteurs conventionnel... mais les écolos seront là pour nourrir la france.

Baba

Pour compléter les infos de SIMPLE CITOYEN, je signale à Mr Veillerette qui veut des champs de coquelicots partout en France, que le coquelicot appartient à la famille des
Papavéracées .Comme le pavot,il a des effets narcotiques dus aux alcaloïdes qu'il contient.
Mr Veillerette est peut-être un amateur d'alcaloïdes, ce qui pourrait expliquer les âneries
qu'il diffuse et qui sont relayées en force par un système médiatique complètement
ignare des réalités et des souffrances actuelles des éleveurs et des agriculteurs.
Si ses idées étaient mises en oeuvre demain, la famine est pour après-demain.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires