anonymous

Comment éviter de disséminer les graines d’adventices à la récolte ?

Benoît MOUREAUX

Édouard Baranger : « S’il faut un seul mot d’ordre, c’est veiller à la propreté de sa machine. »

La moisson est une étape clé pour limiter la propagation des graines d’adventices. Édouard Baranger, ingénieur de la région Centre chez Arvalis, passe en revue les mesures qui, au moment de la récolte des céréales à paille, aideront à contenir les infestations l’année suivante.

Perspectives Agricoles : Les moissons vont bientôt débuter. Que faut-il faire pour diminuer la pression des adventices ?

Édouard Baranger : La règle d’or est de ne jamais récolter une zone de parcelle ou une parcelle entière propre après celle d’une zone infestée sans avoir au préalable nettoyé avec soin la machine. Si les parcelles sont majoritairement propres, les parties propres seront récoltées en premier et les quelques zones « sales » seront ramassées après. Si deux parcelles sont proches et comportent des zones infestées par une même adventice, il est alors possible d’enchainer la fin de la récolte (zone infestée) de la première parcelle avec le début de la suivante en commençant bien évidement par les zones infestées, avant d’effectuer le nettoyage de la moissonneuse-batteuse, un moyen de n’effectuer qu’un nettoyage sur deux.

P.A. : Quelles parties de la machine nettoyer ?

E.B. : Partout où peuvent s’accumuler des graines d’adventices ! Placer la machine sur une zone non cultivée, moteur éteint, et commencer par nettoyer le fond de la barre de coupe et le dessus du convoyeur, puis vider le bac à pierres sous le convoyeur. Nettoyer ensuite les grilles. Vérifier les trappes des pieds d’élévateur et de vis de retour ainsi que l’intérieur de la trémie et la trappe de vidange (quand elle existe) car des graines se nichent dans les recoins. L’avant-dernière étape s’effectue moteur rallumé et machine en marche : régler les vents et le batteur à la vitesse maximale et faire monter et descendre plusieurs fois la barre de coupe en faisant tourner la vis de vidange ; il est plus efficace d’effectuer ceci pendant 30 secondes plusieurs fois, avec une brève interruption entre chaque aération, plutôt qu’une seule fois longtemps. Arrêter la moissonneuse à nouveau et nettoyer l’extérieur : le dessus du déflecteur du broyeur et l’essieu arrière.

P.A. : Quels sont les inconvénients ou les contraintes de cette stratégie ?

E.B. : La récolte est compliquée par la gestion décalée des zones propres et sales, surtout quand la paille est récupérée. En effet, on peut être amené à récolter « en travers », ce qui déposera aussi en travers les andains. Il faut aussi veiller à ne pas abimer son outil en passant dans des ornières creusées par les passages de pulvérisateur. Chaque nettoyage prend 20 à 30 minutes. Tout cela représente évidemment du temps et des efforts mais, en contrepartie, cela évite l’expansion des zones à problème pour l’année suivante.
Parfois les adventices sont multi-espèces et disséminées un peu partout dans une parcelle. Outre le nettoyage de la machine après la récolte d’une parcelle, d’autres solutions mécaniques permettant de limiter le retour de graines d’adventices au sol sont actuellement testées par Arvalis : la récolte ou le broyage des menues pailles avec des équipements spécifiques directement installés sur la moissonneuse batteuse.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier