anonymous

La Limagne enterre ses betteraves sucrières

Raphaël Lecocq

La Limagne enterre ses betteraves sucrières
France Bleu Pays d’Auvergne / Twitter

La sucrerie de Bourdon à Aulnat (Puy-de-Dôme) a commencé à réceptionner ses dernières betteraves. Les agriculteurs se mettent en quête de cultures alternatives. Pas gagné, pas perdu non plus.

Une tête d’assolement, une culture participant à l’isolement des productions semencières, une source de coproduits pour l’alimentation animale, une espèce parmi les mieux valorisées, un savoir-faire ancestral, une part de l’identité agricole auvergnate. C’était la betterave sucrière.

"On vient de démarrer la 182ème campagne d’arrachage et c’est très probablement la dernière", se désole Baptiste Arnaud, président des JA du Puy-de-Dôme, et producteur de betteraves. "En prime, cela risque bien d’être la plus catastrophique en rendement et aussi la plus courte car on a des parcelles à moins 10 t/ha, qui ne seront même pas récoltées car ne couvrant pas les frais d’arrachage ". Celles-là seront définitivement enterrées...

Baptiste Arnaud, président des JA du Puy-de-Dôme

"Des coopérateurs jettent d’autres coopérateurs"

Le 18 avril dernier, le groupe coopératif Cristal Union a annoncé son intention de fermer la sucrerie de Bourdon, avec laquelle elle avait fusionné en 2011. Le 2ème groupe sucrier français, au même titre que les autres industriels français et européens, est mis à rude épreuve par l’effondrement des cours mondiaux. Le président des JA dénonce la forme et le fond. "L’annonce, juste après les semis, a été aussi malvenue que brutale. Dans cette histoire, des coopérateurs jettent d’autres coopérateurs, au motif qu’ils ne sont pas compétitifs. Vous imaginez Sodiaal se séparer de producteurs laitiers au motif qu’ils coûtent trop cher ? Nous n’étions pas plus compétitifs quand la fusion s’est réalisée mais Cristal Union s’était engagé à pérenniser l’activité".

Espoirs

Environ 90 emplois sont menacés tandis que 4.000 ha répartis entre 300 planteurs vont devoir trouver un nouvel usage. Les entreprises d’arrachage sont les autres victimes collatérales de la fermeture, sans quasiment aucun espoir de redémarrage. "Il faut abandonner l’idée que l’on va produire de la betterave à destination du sucre, y compris en bio", relève Baptiste Arnaud. "Peut-être pour les animaux. Ici au Sommet de l’élevage, des projets alternatifs nous ont été proposés par différentes personnes. C’est réconfortant. Il  y a des choses qui n’aboutiront jamais mais cela fait renaître l’espoir ".

Sur le même sujet

Commentaires 4

digue3942

à Bruno 02 :tu parles de tailles critiques et je ne veux pas contredire ton propos mais relever la fragilité d'un système qui est en train de s'écrouler en emmenant dans sa chute le paysan de base qui ne fait que produire la nourriture pour ses semblables .il devient possible de se demander si la famine n'est plus loin.

Bruno 02

4.000 ha sur 300 planteurs, cela fait 13 ha par planteur. Comment une sucrerie pourrait rentabiliser une usine avec si peu ( plus ou moins 4 semaines de production sur 52 ? ).
Je me mets à leur place ( à ceux qui ont joué le jeu, si jeu est ), mais quand on pense que des usines produisant bien, bien plus ferment aussi par défaut de rentabilité, on peut se poser la question de garder pareille usine à perte... Coopérative ou non, il y a une taille critique pour rentabiliser l'outil de production, et là....elle n'y est pas.

Moi63

C'est une fusion de coop....

Czlou

Je comprends le désarroi des betteraviers de bourdon! Est-ce que les décideurs de cristal union leur ont fait payer des droits d entrée lors de leurs adhésions à la coopérative ? Merci si quelqu'un peut me dire.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier