anonymous

[Météo des marchés] Beau temps pour le blé, mais des nuages à l’horizon

Adèle Magnard

Le blé est en hausse sur Euronext depuis un mois, mais pour combien de temps ? Mis à part en Europe, les perspectives de récolte sont bonnes chez les principaux pays exportateurs. De quoi entrevoir quelques nuages à l’horizon... Le point avec Cédric Renault, expert chez Caceis.

“Le contrat blé sur le Matif septembre 2020 est bien remonté, avec une progression de 9 euros depuis le point bas fin juin, pour revenir sur la zone des 185 euros”, détaille Cédric Renault, expert en marché des matières premières chez Caceis. 

Une hausse qui fait suite à la parution le 30 juin du rapport de l’USDA (le département américain à l’agriculture), un rapport qualifié de “surprise” par les analystes car il présente des surfaces de blé très en dessous des attentes. 

“La baisse des surfaces aux USA a permis au blé Matif de remonter, à la faveur de rachats de positions de la part des fonds US”, explique Cédric Renault. 

Mais attention aux nuages qui pourraient venir obscurcir l’horizon du blé : si le bilan européen risque d’être tendu, les perspectives de récolte sont belles sur la Mer Noire, aux USA, au Canada ainsi qu’en Australie et en Argentine.

“Il faudra suivre également l’évolution de la demande, car avec une potentielle deuxième vague de coronavirus, la demande pourrait ralentir”, indique l’expert. “Cette incertitude entre l’offre et la demande pourrait venir bouleverser la suite de la saison sur le blé”, poursuit-il.

Weather market à venir

En maïs, les cours remontent également mais la hausse semble limitée. Les perspectives sont plutôt lourdes aux USA, en Mer noire et en Amérique du sud, ce qui rend la tendance plutôt baissière. Le rapport USDA est venu un peu bouleverser l’équilibre entre l’offre et la demande en estimant des récoltes plus basses que prévu. 

“On va cependant entrer dans la période de weather market”, fait savoir Cédric Renault. “On approche de la fameuse période-clé pour le maïs US qui est la phase de floraison, où les maïs auront besoin de beaucoup d’eau”, précise-t-il. La météo jouera donc un rôle majeur pour l’évolution des cours cet été. 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier