anonymous

Météo des marchés : le colza a franchi le cap psychologique des 400 €/t

Adèle Magnard

Pluie ou soleil sur les marchés agricoles ? Dans ce rendez-vous mensuel, les experts de chez Caceis analysent l'évolution des marchés agricoles (céréales et oléoprotéagineux). En décembre 2019, le temps est ensoleillé sur le marché du blé et du colza.

Le temps est plutôt ensoleillé pour le marché du blé, qui est en hausse tant sur Euronext que sur Chicago depuis le mois dernier. En France, le ministère de l’Agriculture prévoit une baisse des surfaces des céréales d’hiver de 5% en raison des retards de semis. La sole de blé tendre atteindrait 4,7 millions d’hectares. « Avec ces surfaces, on table pour l’année prochaine sur une production autour de 34 à 35 millions de tonnes », fait savoir Fatiha Rokni, courtière en matières premières chez Caceis. En 2019, la récolte française de blé tendre était de 39,5 millions de tonnes. 

D’autres prévisions sont venues étayer la hausse des cours sur le blé, notamment en Australie, où la récolte pour 2020 est estimée à 15,85 millions de tonnes. « Si ce chiffre était confirmé, ce serait le plus bas niveau depuis 2007 », précise Fatiha Rokni. 

Le marché du maïs reste en revanche plutôt nuageux, les cours ayant peu évolués depuis le mois dernier. « On va surtout surveiller l’Amérique latine où l’on parle de déficit hydrique tant sur le Brésil que sur l’Argentine », indique Fatiha Rokni. L’impact de la mise en place des taxes à l’exportation sur l’ensemble des produits céréaliers en Argentine sera également un élément à suivre.

La sole de colza au plus bas

Côté colza, le temps reste ensoleillé sur les marchés. « Sur le contrat Euronext, on a connu une belle amplitude d’une vingtaine d’euros environ, avec le cap psychologique des 400 euros/t franchi le 13 décembre », poursuit Fatiha Rokni. Des baisses de production sont à prévoir en France et en Union européenne. Selon le ministère de l’Agriculture, la sole française de colza d’hiver pour 2020 baisserait de 4,9 % sur un an et de 26,8 % par rapport à la moyenne 2015-2019 pour s'établir à 1 049 milliers d'hectares, au plus bas depuis 2002. « Le dernier chiffre donné par Stratégie Grains sur les récoltes françaises est de l’ordre de 4 millions de tonnes, fait savoir Fatiha Rokni. Même si ce chiffre est meilleur que l’année dernière, il reste drastiquement bas ». 

Du côté de Kuala Lumpur, l'huile de palme a connu une progression incroyable de 60% en quelques mois, ce qui est également venu appuyer cette progression du marché du colza. Enfin, les négociations entre les États-Unis et la Chine, qui permettent aux américains d’exporter à nouveau du soja vers la Chine, sont venues soutenir les marchés. 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier