anonymous

Nataïs teste une "prime carbone" sur son maïs pop-corn

Adèle Magnard et Raphaël Lecocq

Leader européen du maïs pop-corn, la PME basée à Bézéril (Gers) poursuit sa croissance et lance un appel aux producteurs du Sud-ouest, désireux de diversifier leur assolement et de capter de la valeur ajoutée. L’entreprise innove par ailleurs en matière d’agroécologie, en testant une prime carbone de à 75 € par tonne de carbone stockée.

Leader européen du maïs pop-corn, la PME basée à Bézéril (Gers) poursuit sa croissance et lance un appel aux producteurs du Sud-ouest, désireux de diversifier leur assolement et de capter de la valeur ajoutée :  grosso modo + 300 €/ha de marge brute par rapport à un maïs consommation, moyennant peu de contraintes.

L’entreprise, qui fédère actuellement 250 producteurs, totalisant 7.000 ha pour une production de 48.000 t (et 51 M € de chiffre d’affaires), met en œuvre des pratiques agroécologiques, notamment en matière de semis. Avec Horsch, elle a mis un point une technique de semis sur billon réservant des inter-rangs à la féverole. Baptisée « green tillage », elle est développée sur environ 1.000 ha. Nataïs est aussi engagée en bio avec 400 ha en production.

0,5 à 9 t/ha de matière sèche

Nataïs gratifie ses producteurs d’une prime « pop-corn » et d’une prime agroécologique. Depuis la campagne passée, l’entreprise teste un système de prime « carbone », baptisée « naturellement pop-corn ». Elle consisterait à verser une prime pouvant atteindre 75 € par tonne de carbone stockée, sur la base du carbone stocké dans les itinéraires les plus vertueux, donc incluant des couverts végétaux, du type de ceux permis par le « green tillage ». Tous itinéraires confondus, les quantités de matière sèche en jeu peuvent varier entre 0,5 t/ha à 9 t/ha. Une initiative inédite, qui a déjà conquis une cinquantaine de producteurs.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier