anonymous

Pour les agriculteurs américains, 2019 s'annonce sous de meilleurs auspices

Pour les agriculteurs américains, 2019 s'annonce sous de meilleurs auspices

Après une année compliquée, et à l'exception des producteurs de soja et de porc affectés par la guerre commerciale, les agriculteurs américains devraient voir leurs profits repartir à la hausse en 2019.

Très fluctuant d'une année à l'autre, le bénéfice net comptant des quelque 2 millions de fermes des Etats-Unis a reculé de 9,6% en 2018, en raison notamment d'une forte augmentation des dépenses (fourrage, main d'oeuvre, intérêts, semences, etc). Mais il devrait progresser de 4,7% en 2019 pour atteindre 95,7 milliards de dollars, selon les dernières prévisions du ministère de l'Agriculture (USDA) dévoilées mercredi. Cela reste toutefois loin du record de 136 milliards dégagés en 2013, quand les agriculteurs avaient profité d'une envolée des cours sur les marchés.

Parmi les mal lotis figurent les producteurs de soja et de porc, qui devraient voir les recettes tirées directement de la vente de leurs produits baisser de respectivement 6,6% et 3,2%. Ils sont touchés de plein fouet par le bras de fer engagé par Donald Trump avec plusieurs partenaires commerciaux: en représailles aux nouveaux tarifs douaniers imposés l'an dernier par Washington sur l'acier et l'aluminium, la Chine et le Mexique, particulièrement friands de ces produits, ont imposé des taxes supplémentaires sur leurs importations.

Faillites

Même si certains mettent en avant le nombre élevé de faillites ou la dette record des agriculteurs américains, "l'industrie agricole américaine dans son ensemble n'est pas en crise", affirme Vincent Smith, économiste de l'Université de l'Etat du Montana.    Le nombre de faillites par exemple: elles ont légèrement baissé dans l'ensemble du pays en 2018, 498 exploitations ayant déposé le bilan. Mais elles ont augmenté de 19% dans les grands Etats agricoles du centre des Etats-Unis, dans le Midwest, où elles sont à leur plus haut niveau en 10 ans, fait valoir le Farm Bureau, le principal syndicat agricole américaine.   

Toutefois, "si on le rapporte au nombre total de fermes, plus de 2 millions, ce n'est pas grand chose", remarque M. Smith. Quand à la dette des agriculteurs, elle est certes à un niveau record mais c'est parce que la valeur de leurs machines ou de leurs terrains a beaucoup augmenté. "Le rapport entre la dette et les biens est à environ 13,5%, ce qui reste financièrement une position tout à fait solide", affirme-t-il.  La situation peut être temporairement compliquée pour les agriculteurs qui reposent principalement sur la culture du soja ou l'élevage de porcs, "mais cela ne conduira pas forcément à des faillites", souligne l'économiste. Certains sous-secteurs de l'agriculture souffrent cependant bien de tendances plus profondes, reconnaît-il, à l'instar des plus petits producteurs de lait.

Subventions

Jim Goodman le constate amèrement. Après avoir élevé un petit troupeau de vaches pendant 40 ans dans le Wisconsin, et s'être converti au bio dans les années 1990, il n'a trouvé personne pour lui succéder après sa retraite. "Le prix du lait bio est tombé tellement bas que les gens qui ont repris mes terres et mon matériel ne voulaient pas gérer une exploitations laitière, on a dû vendre les bêtes l'été dernier", explique-t-il à l'AFP. "C'est la première fois qu'on ne traie plus de vaches sur l'exploitation" plus que centenaire, regrette-t-il.  

Selon l'USDA, les subventions versées directement par l'Etat fédéral aux agriculteurs devraient dans leur ensemble reculer fortement en 2019 (-16,8%) après avoir bondi de 19,3% l'an dernier. Combinées aux indemnités versées par les assureurs, ces aides devraient représenter au total 15,5 milliards de dollars, soit environ 16% du bénéfice net comptant du secteur. 

Il ne faut pas non plus oublier, souligne Vincent Smith, que de plus en plus de familles vivant dans des exploitations dépendent de revenus extérieurs, comme les allocations ou le salaire d'un conjoint; l'agriculture constitue le revenu principal du foyer dans moins de la moitié des fermes. Et c'est principalement grâce à la hausse de ces revenus non-agricoles que le revenu médian des foyers vivant dans une ferme devrait croître de 3,6% en 2019, selon l'USDA, pour atteindre 78.987 dollars.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

sylvain

mais quand est ce qu tous les agriculteurs du monde vont se révolter contre toutes ces politiques agricoles qui n'assurent pas des revenus décents; on nous parle de progrès, de société moderne...rien ne va plus nul part.
aux usa, une petite ferme laitière c'est 80 vl.
que cherchent les décideurs, toutes ces situations économiques ne sont pas une fatalité, une volonté de dieu, elles traduisent l'échec du capitalisme sauvage, des sociales démocraties. pourquoi ne veulent ils pas d'agriculteurs sereins.
tous de même tous les paysans du monde sont courageux, font leur part du job.
le monde est fou.

le goulot

Je note dans cet article que le prix du lait bio est tombé bien bas aux U.S.A. c'est inquiétant car ils ont souvent un temps d'avance sur nous.Le site a t-il des informations sur ce marché américain?

DIGUE3942

Trump s'occupe de ses paysans ....

lp 87520

oui bien sur que 2019 s annonce fort mais aussi que tous faisons de bonne récolte meilleur que 2018 sous un signe de pluie mais de beaux temps aussi car de nos jours le tréflé est le regain dit avoir bien récolter que 2018 car la saison des foins a bien obtenue pour les vache notamment chez les paysans français

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier