anonymous

Le boitier Karnott compte les balles

Raphaël Lecocq

Le boitier Karnott compte les balles
Karnott

L’installation d’un capteur sur la presse permet de comptabiliser les balles. Remontées dans l’application, les données peuvent être analysées, comparées et partagées.

Le spécialiste français du suivi de l’activité des machines agricoles en temps réel vient de mettre au point un nouveau capteur, dédié au comptage des balles et ballots de paille ou de foin. Le capteur est positionné sur la presse et vient enregistrer chaque ouverture de porte libérant ballots ou balles, rondes ou carrées. Le comptage est instantané et sans faille, indique le fabricant. Les données sont remontées dans l’application mobile et sur l’ordinateur de bureau. Le capteur cible les pailleux, les Cuma et Eta ou encore les agriculteurs qui mutualisent leur presse.

Le boitier Karnott compte les balles

Algorithmes

Le compteur de balle complète les fonctionnalités par l’application et son boitier connecté. Lancé à l’automne 2016, le boitier Karnott est doté d’un GPS capable de localiser et de comptabiliser les surfaces travaillées, les distances parcourues et les temps de chantier. Il est compatible avec tous les matériels, indépendamment de leur marque, de leur âge et de leur niveau de technicité. Et pour cause : le boitier a pour seuls éléments de liaison avec le matériel de puissants aimants, ses composants (GPS, systèmes de communication, batterie) lui procurant une autonomie totale. Sa plateforme web associée fait office de tableau de bord.

Au Sima 2019, Karnott avait obtenu une médaille d’argent pour une nouvelle fonctionnalité, consistant à déceler des vibrations, des accélérations, des décélérations, des mouvements de courbe etc. Couplés à des algorithmes, les capteurs sont capables de discerner les temps de travail effectifs des temps intermédiaires, correspondant par exemple aux temps de rechargement d’un épandeur ou aux, temps de route pour arriver sur l’exploitation, sans oublier les temps de repos.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier