Azote sur blé : quand rendements et marges divergent

Face à l’envolée du prix de l’azote, et dans une certaine mesure, de celui du blé, Arvalis a établi un ratio en deçà duquel la réduction de dose est envisageable.

La conduite de la fertilisation azotée sur blé peut reposer sur deux logiques distinctes. Le première, dite de l’optimum technique, consiste à maximiser le rendement, en calculant la dose d’azote par la méthode du bilan et en la réajustant en cours de campagne à l’aide d’un outil de pilotage (N-Tester, Farmstar Expert, N-Sensor, Jubil…). La seconde stratégie, dite de l’optimum technico-économique, consiste à maximiser la marge brute en fonction du prix de l’azote et du prix du blé.

Selon Arvalis Institut du végétal, durant les campagnes 2016-2021, avec un coût moyen de l’ammonitrate de 320 €/t, soit 0,95 €/kg N et un prix de vente moyen du blé de 170 €/t, les deux stratégies se confondaient et aboutissaient à la même dose d’azote, à quelques unités près. L’envolée récente des prix de l’azote change la donne.

Le ratio prix du blé sur prix de l’azote

Pour jauger rapidement la situation, Arvalis propose un calcul simple consistant à faire le rapport entre le prix du blé exprimé en €/t et le prix de l’azote exprimé en €/100 kg N. Quand le ratio est inférieur à 1,2, l’optimum technico-économique l’emporte sur l’optimum technique. Autrement dit, il peut être opportun de baisser la dose d’azote. Pour quantifier la réduction de dose, Arvalis a réalisé une matrice basée sur l’analyse de plus de 600 essais historiques comportant des courbes de réponse à l’azote. La table illustre les variations d’écart de dose d’azote à apporter entre une parcelle conduite à l’optimum technique une parcelle conduite à l’optimum technico-économique.

La table illustre les variations d’écart de dose d’azote à apporter entre une parcelle conduite à l’optimum technique une parcelle conduite à l’optimum technico-économique, en fonction des prix de l’azote et du blé (Source : Arvalis)

Ainsi, à 1,95€ le kilogramme d’azote (le prix de l’ammonitrate au 15 octobre 2021) et pour un prix du blé négocié pour la prochaine campagne à 230€/t, il faudrait réduire la fertilisation azotée d’environ 20 kg N/ha par rapport à l’optimum technique. Gare toutefois au risque de voir la teneur en protéines baisser, et avec elle le prix du blé déjà négocié...

Pour un prix du blé négocié à 260€/t, la réduction de dose d’azote serait de 15 kg N/ha. En revanche, si l’azote a été achetée prématurément au prix de 1,25€/kg, les doses d’azote à l’optimum technique et à l’optimum technico-économique sont alors équivalentes avec un prix du blé négocié à 230€ la tonne.