Bovins boucherie : analyse commerciale sem 12-2021

Tendance à la stabilisation des prix dans les laitières

Bovins races allaitantes : Sur les marchés, l’offre est mesurée. Le commerce est régulier, avec des tarifs qui tendent à se stabiliser après la hausse de ces dernières semaines dans les bonnes femelles Blondes d’Aquitaine, Limousines, Aubracs de qualité bouchère. Cette semaine, les abattoirs donnent la priorité aux animaux de concours auxquels ils apportent un grand soin. Les transactions restent assez fluides avec des tarifs facilement reconduits dans les charolaises ou les races à viande de milieu de gamme.

Réformes laitières – Les industriels couvrent leurs besoins avec un peu plus de facilité, avec un commerce qui a été impacté par le nouveau confinement dans certaines régions. Contrairement à l’an passé, il n’y a pas eu de ruée dans les magasins pour des stocks. L’effet sera plus marqué sur la durée avec des achats domestiques renforcés par le télétravail ou l’école à mi-temps.   Le marché retrouve un équilibre avec une offre également plus étoffée. Les tarifs tendent à se stabiliser pour les vaches Holsteins, Normandes et Montbéliardes, même si des hausses résiduelles sont encore observées. La demande est stable dans les taureaux de réformes.

Jeunes bovins – L’activité des abatteurs italiens est plus soutenue à 15 jours de Pâques, mais elle se concentre sur la production intérieure. La demande pour le marché français reste fortement concurrencée par le marché espagnol. Heureusement, le marché de la viande n’est pas trop chargé, même si on observe toujours des sorties plus abondantes en cette semaine traditionnellement dédiée aux expéditions pour le marché italien. La tendance est plus lourde du côté des expéditions vers la Grèce avec le carême orthodoxe qui réduit sérieusement les expéditions d’animaux rajeunis (blonds d’Aquitaine ou limousins). Du côté français, les débouchés pour le jeune bovin sont plus réguliers même si les annonces du Ministre de l’Agriculture, de mettre de la viande de jeune bovin dans les cantines n’a pas de grand effet. La progression des prix est ralentie, voire stoppée dans les charolais et les JB de coupe. Les tarifs se maintiennent avec plus de difficulté dans les blonds d’Aquitaine.

Avis d’expert :

Bovins races allaitantes : La tendance sera à la stabilisation des prix dans les femelles de qualité bouchère le temps de commercialiser les animaux de concours. La tendance sera positive dans les allaitantes de milieu et d’entrée de gamme   

Bovins races laitières : L’équilibre offre/demande devrait permettre aux industriels de stabiliser ponctuellement les prix dans les laitières

Jeunes bovins : La demande sera moins soutenue ce qui devrait entrainer une stabilisation des prix.