Bovins maigres : analyse commerciale sem 43-2020

Pas d’amélioration dans les mâles

En broutards et taurillons 12-18 mois : Aucune amélioration commerciale n’est observée cette semaine, malgré une offre amoindrie par la rétention de certains éleveurs et par les travaux de semis de blé. Les volumes exportés vers l’Italie sont constants et la remontée des prix de la viande des jeunes bovins devrait pourtant donner un peu de fluidité au marché, mais les engraisseurs italiens restent sur leurs positions. Les autres marchés exports sont également peu dynamiques, avec l’Espagne qui brade ces jeunes bovins sur l’Italie, et des pays tiers toujours difficiles à servir. Pas de salut non plus du côté français avec des engraisseurs qui ont des ateliers vides, mais qui ne veulent pas rentrer faute de fourrage suffisant, mais également de visibilité sur ce marché. Le commerce reste compliqué pour des tarifs trop bas en toutes catégories. Les Blonds d’Aquitaine sont les plus touchés cette semaine.  Dans les femelles, l’offre reste insuffisante dans les femelles préparées pour le marché italien ce qui permet une très bonne tenue des prix. Le commerce est plus calme sur l’Espagne.

En bovins maigres + 18 mois : Le maintien des prix dans la viande permet une relative stabilité également dans le secteur maigre, avec une offre saisonnière plus hétérogène. Les engraisseurs spécialisés restent à la recherche d’animaux lourds pour une rotation rapide. Même si le commerce plus sélectif,  les cours se maintiennent dans le bétail plus commun à finir tardivement sur l’hiver.  

Avis d’expert :

Broutards : Le redressement des prix de la viande en Italie devrait finir par se répercuter sur la demande, mais le tempo reste difficile à cerner.

Bovins maigres +18 mois : Les bonnes femelles resteront correctement valorisées tant que le prix de la viande restera à ce niveau