Broutards et jeunes bovins : la FNB encourage les éleveurs à reprendre la main sur la commercialisation - Pleinchamp

Broutards et jeunes bovins : la FNB encourage les éleveurs à reprendre la main sur la commercialisation

La concertation organisée par le ministre de l'Agriculture sur les cours des broutards n'aboutit pas, selon un communiqué de la Fédération Nationale Bovine. L'organisation encourage les éleveurs à reprendre la main sur la commercialisation des animaux.

Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a initié une concertation avec les groupes d’exportateurs de broutards depuis le mois d’octobre, à l'occasion de son déplacement dans le Puy-de-Dôme. Une réunion a eu lieu ce vendredi 11 décembre 2020.

"Une concertation qui, malheureusement, n’a abouti à aucune solution concrète de court et moyen terme visant à revaloriser le prix payé aux éleveurs. Et ce, alors que ces derniers ont déjà, depuis le début de la crise, perdu près de 30% de leur revenu annuel" selon la FNB qui s'exprime dans un communiqué daté du 11 décembre 2020.

La FNB évoque "la désinvolture coupable dont font preuve certains acteurs de la filière – y compris coopératifs – qui, alertés depuis des mois par les éleveurs, n’ont toujours pas apporté le moindre élément de réponse tangible à la baisse des prix injustifiée qu’ils imposent à leurs fournisseurs."

"Elle va donc recentrer sa mission sur ce chantier : encourager les éleveurs à reprendre la main sur la commercialisation de leurs animaux, en contournant ainsi les opérateurs. Néanmoins, les éleveurs le savent : ils ne parviendront pas à sortir de cette situation sans un soutien fort, concret et déterminé du Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation."

 

La Coordination Rurale demande au ministre une aide à la commercialisation

Dans un courrier envoyé le 30 novembre 2020, la Coordination Rurale a demandé au ministre de l’Agriculture la mise en place d’une aide similaire à celle qui avait été déployée en 2017 pour les jeunes bovins de races à viande.

D'un montant forfaitaire de 150 euros, elle "avait participé au rééquilibrage du marché de la viande bovine et au redressement des cotations. Au regard de la situation sur le marché du maigre, la Coordination Rurale a demandé au ministre d’élargir la mesure aux broutards pour un montant similaire."

La Coordination Rurale demande sa mise en place pour les jeunes bovins mâles et les broutards pendant les mois de janvier à avril 2021. "Les abatteurs ont actuellement tout le loisir d’imposer leurs prix du fait d’un surstock d’environ 10 000 jeunes bovins depuis de nombreux mois. En résulte une situation intenable pour les éleveurs qui subissent déjà une situation économique fragile depuis de nombreuses années."

L'organisation estime qu'en agissant sur les deux niveaux de production, les impacts seraient rapides et constitueraient un vrai soutien à l’ensemble des éleveurs allaitants. « Cette aide n’a pas vocation à résoudre les problèmes structurels de la filière, mais elle représente une solution pour désengorger la filière jeunes bovins et broutards », indique Alexandre Armel, Secrétaire général de la CR et responsable de la section Viande dans un communiqué du 7 décembre 2020.

 

Lire aussi : Les jeunes bovins au plus bas quand ils devraient être au plus haut

Prix des broutards « Nous voulons être encore là demain »