l’offre reste insuffisante

Avis d’expert : Bovins maigres +18 mois : Le commerce restera actif avec une offre insuffisante pour satisfaire la demande des engraisseurs et des herbagers. Broutards : le recul de l’offre restera favorable pour une très bonne tenue des prix

Bovins d’embouche et d’élevage – L’activité commerciale dans le secteur maigre est le résultat d’une équation entre de faibles disponibilités et une progression constante du prix de la viande. Chacun cherche à se couvrir en faisant parfois abstraction des coûts de production. Le commerce est actif sur les cadrans comme sur les marchés de bétail vif avec des tarifs très fermes dans le bétail lourd à finition rapide.  Les herbagers sont également à l’achat pour les sorties du printemps ou de l’été. La demande est soutenue dans les laitières ou mixtes de gabarit à prendre des kg.

 

Broutards – Le climat commercial reste bon avec des éleveurs qui ne forcent pas les sorties au regard de la progression constante des prix. Les sujets vaccinés gardent la préférence des acheteurs pour servir les nombreux marchés exports. Les bons sujets non-vaccinés se vendent également sans difficulté que ce soit pour l’export sur l’Italie, l’Algérie mais également pour l’engraissement sur la France où la mise en repousse avec une vaccination à la clé. Il faudra attendre un bon mois pour voir apparaître les premiers laitons d’automne. Dans le bétail de second choix des écarts de valorisation importants sont observés entre les sujets vaccinés qui peuvent partir vers l’Espagne et les non vaccinés qui restent sur la France, mais pour des engraisseurs peu motivés par ces gammes de marchandises. Dans les femelles, les tarifs restent attractifs dans l’ensemble des catégories que ce soit pour l’export ou la mise en place sur le territoire.

Cliquer ici pour retrouver tous vos cours sur le bétail vif