Les ensileuses dans les starting-blocks

Selon Arvalis, les Pays de Loire et le Centre-Est devraient voir vrombir les machines à compter du 26 août. Les conditions hydriques et la présence fréquente de deux épis par pied laissent présager une bonne récolte potentielle.

Alors que les moissonneuses-batteuses se débattent toujours avec des conditions météo défavorables dans un grand quart Nord-Est, les ensileuses pourraient entrer en action à compter du 26 août, selon les dernières prévisions de récolte établies par Arvalis.

Ces dernières prennent en compte, à l’échelle des régions agricoles, deux paramètres agronomiques, à savoir le groupe de précocité dominant et la date médiane de semis, ainsi que les données météo de l’année et les prévisions à 7 jours.

Carte des dates prévisionnelles de début de récolte des maïs fourrage établie le 10 août 2021 (Source : Arvalis)

Ne pas récolter trop sec

La carte ne dispense évidemment pas les éleveurs de faire eux-mêmes le constat de l’avancement de la maturité de leurs maïs. Mais elle fait office d’alerte, le risque étant de démarrer trop tardivement. « Les chantiers se déroulant sur environ un mois, il est recommandé de commencer les récoltes suffisamment tôt dans le calendrier pour ne pas les finir à des taux de matière sèche trop élevés », conseille l’institut technique.

La carte de prévision de récolte est établie en visant un stade optimal de récolte de 32-33 % de matière sèche plante entière.

Deux épis par pied

Dans beaucoup de situations, Arvalis fait état cette année d’un écart réduit entre la sortie des panicules (fleurs mâles) et l’apparition des soies sur les épis (fleurs femelles). Ce décalage inhabituel engendre la présence fréquente de deux épis sur la même plante, ce qui peut être favorable en bonnes conditions d’alimentation. Contrairement à ces dernières années, en système irrigué ou non irrigué, l’alimentation en eau des maïs fourrage à la floraison et post-floraison n’est pas limitante. Seules les températures et le rayonnement sont légèrement déficitaires par rapport à la normale sur le mois de juillet.